La logique de l'action collective et le "Broom Party" du Québec

mardi 20 avril 2010 ·

En économie des choix publics, il y a une lecture essentielle que personne ne peut éviter: la logique de l'action collective par Mancur Olson. La thèse du livre veut que les gens s'associent parce que leurs intérêts sont spécifiques et les bénéfices potentiels seront immenses pour eux si la structure dont ils se doteront permet d'éviter le problème du passager clandestin.

Illustration simple: les agriculteurs reçoivent des millions par années en subventions, ils ont donc un grand intérêt à s'associer entre eux pour faire pression sur les gouvernements et de dépenser une partie de leurs propres moyens pour obtenir ces subventions. En contrepartie, les contribuables assument un coût certes, mais il est divisé entre eux. Dans le cas des agriculteurs, l'économiste Marcel Boyer de l'Institut Économique de Montréal estime que la gestion de l'offre (un des programmes agricoles) coûte $300 par année à chaque Québécois. À ce prix, aucun groupe de contribuables ne peut s'organiser assez efficacement pour lutter contre les subventions.

En utilisant cette vision de l'organisation des groupes de pression, j'étais incapable de saisir comment le "Broom Party" du Québec a pu s'organiser. Il est excessivement difficile et coûteux d'organiser un groupe qui rassemble des dizaines de milliers de personne, alors comment cela a-t-il pu se produire? Mais avec quelques jours de recul et d'observations, la seule conclusion logique c'est que ce groupe ne pourra jamais s'exprimer de manière soutenue - malheureusement à mon avis.

Premièrement, au moment présent les gens se sentent conscientisés par le nouveau budget alors ils sentent la nécessité de signifier leur désaccord. Mais ils deschanteront rapidement dés que les coûts de l'activité dépasseront le gain qu'ils ont d'aller manifester. Surtout que l'État n'est pas vraiment un prédateur ici puisqu'il leur remet des services comme des services de garde subventionné et des soins de santé gratuits.

Deuxièmement, le groupe n'a aucune consistence idéologique particulière (l'idéologie peut produire un rendement pour l'individu) - contrairement aux "Tea Party" des États-Unis. Les gens ici ne réclament que des baisses d'impôts et des coupures dans les fonctionnaires. Le problème c'est que la plupart des hausses de "taxes" qu'ils critiquent sont en fait des "frais d'usagers" pour les services publics. À l'exception de la TVQ et de la franchise santé, tout ce qui augmente c'est les prix pour l'utilisation des services publics. Alors en contestant ces hausses, ils demandent d'obtenir un service subventionné. En plus, les coupures qu'ils réclament comme je l'ai souvent indiqué sur ce blogue ne représenterait au final qu'une partie infime du budget d'environ 70 milliards de l'État et réduirait risiblement le déficit. En contrepartie, le "Tea Party" aux États-Unis, pour l'avoir vu de mes yeux pendant mon weekend en Virginie dans lequel le Congrès a adopté le plan Obama pour la santé, est idéologiquement très cohérent.

Dans les "tea parties", on peut voir partout des tee-shirts arborant "Who is John Galt" tiré des livres d'Ayn Rand, des tee-shirts de Bureaucrash (un groupe libertarien qui utilise la fibre du rebel en chacun) et mêmes des tee-shirts avec la figure de Ron Paul. En fait, la plupart des électeurs indépendants aux États-Unis et une bonne partie des électeurs républicains s'identifient davantage avec le tea party qu'avec le Parti Républicain qui, selon eux, les a abandonné. En rien est-ce que le "Broom Party" du Québec ne s'approche de cela.

Mon jugement? Le "Broom Party" sera vite oubliée.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites