Gilles Taillon a été contre le privé en santé

samedi 9 mai 2009 ·

Le Devoir
Les Actualités, mardi 22 octobre 2002, p. A8

Santé: CPQ et PLQ rejettent l'idée de l'ADQ

PC
Le Conseil du patronat du Québec et le Parti libéral du Québec s'entendent sur la question du nécessaire financement public des soins de santé et rejettent l'idée de l'Action démocratique de permettre aux citoyens de payer leur intervention chirurgicale pour court-circuiter les listes d'attente. Le chef du PLQ, Jean Charest, a rencontré hier midi le Bureau des gouverneurs du Conseil du patronat, représentant une trentaine de dirigeants d'entreprises du Québec. Des vues communes ressortent notamment sur la question du financement public de la santé. M. Gilles Taillon, président du CPQ, a expliqué que le Conseil du patronat croyait à une gestion privée des soins de santé - des hôpitaux et cliniques privés, par exemple - mais pas à des soins de santé dispensés au privé. "Nous sommes persuadés qu'il y a du travail de gestion à faire avant de passer à un autre mode de financement", a carrément affirmé le président du Conseil du patronat.

2 commentaires:

Anonyme a dit…
12 mai 2009 à 08:56  

Comme quoi il n'est pas complètement stupide. C'est plutôt rassurant.

Mathieu a dit…
12 mai 2009 à 09:36  

L'ADQ de l'époque avait-elle tort de croire que le système public ne changerait pas pour le mieux tant qu'il n'y aura aucun compétiteur de même poids face au système public pour inciter à faire mieux?

7 ans plus tard, la situation semble aussi pire. Charest continue d'ailleurs toujours de blâmer le PQ pour l'échec des réformes mineures que son gouvernement a conduit.

J'ai hâte de voir le prochain gouvernement du PQ continuer dans la même lignée que Charest, au grand malheur de la population.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites