Le secret du développement est...

lundi 20 avril 2009 ·

...qu'il n'y a aucun secret selon William Easterly de New York University (j'ai dit Columbia hier, je m'en excuse). Easterly argumente que dans des collectivités particulières, les individus sont capables de découvrir les informations nécessaires pour capitaliser sur leurs motivations et efforts. Le reste du commentaire de Easterly se porte sur une histoire de cas, mais dans ce commentaire on remarque un aspect très ''hayékien''.
L'économiste et philosophe Friedrich A.Hayek nous offre une réflexion sur la nature des économies. Dans Loi, Législation et Liberté, dans L'erreur fatale ainsi que dans Constitution de la liberté, Hayek élabore l'idée qu'une économie en général est un ordre spontané qui apparaît au travers des échanges et que les institutions qui en émergent sont souvent le fruit de l'action humaine et non pas du dessein humain. Il est difficile - voire impossible - d'imiter ce processus. On ne peut tout simplement pas planifier une économie ou les comportements économiques de la multitude d'individus.
Les partisans de l'aide au développement manquent ce puissant argument de Hayek repris en quelques sortes par Easterly. Il est impossible de diriger l'aide et de la cibler pour que celle-ci produisent les effets recherchés parce que c'est centralisé. Il est impossible pour un planificateur central de pouvoir allouer toutes les ressources plus efficacement que la multitude d'individus qui connaissent les petits problèmes de leurs situations et donc comment les régler pour profiter et échanger avec d'autres individus. C'est les décisions décentralisés versus la centralisation qui souffrira toujours d'un problème d'information. Le secret du développement est donc brisé entre tous les individus qui doivent échanger librement pour profiter.
Certains peuvent peut-être rejetter la philosophie économique (comme d'autres qui rejettent -à tort- l'économétrie et la mathématisation de la science économique), mais celle-ci permet de comprendre la nature de l'évolution des économies. Easterly semble bien puiser dans la pensée Hayékienne justement pour comprendre cette nature.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites