Le New Deal et ses mythes

mercredi 26 novembre 2008 ·

Puisque tout le monde se livre à des déclarations sur la nécessité d'un New Deal au Québec ou d'un nouveau New Deal avec Barack Obama dressant par la même occasion des supposés traits de similarité avec la grande dépression. Je trouve difficile de comparer une récession dans laquelle la masse monétaire s'est contracté de plus de 30% et que le chômage a atteint plus de 25% avec un soubresaut des marchés financiers et une inflation modérée accouplée ainsi qu'un bas taux de chômage. Donc déjà je doute des comparaisons, mais je doute aussi de l'efficacité d'un New Deal ou même de l'ancien deal.

À toutes fins pratiques, le New Deal représentait une augmentation des dépenses de l'État mais rien de considérablement radical selon les standards historiques. Le New Deal était en fait une série de réglementations, de contrôle des prix, de mesures protectionnistes, de dépenses et de taxes additionelles. Les contrôles mis en places -notamment agricoles- se sont mis à avoir les effets contraires de ceux désirés ; les tentatives de monter les prix des denrées agricoles ont fait augmenté le coût de l'alimentation, les contrôles des salaires ont restraint l'emploi et les lois sur l'investissement étranger et les importations ont nuit au pouvoir d'achat des Américains mais aussi à la productivité du pays qui devait acquérir certains intrants nécessaires à la production à coût plus élevé que lorsqu'ils pouvaient importer.

Quant aux dépenses, les coûts des programmes massifs de construction de route ont probablement aidé des gens à acquérir une qualité de vie (que le gouvernement a détérioré), mais ca a probablement eu un effet d'éviction sur le secteur privé (ainsi qu'une mauvaise allocation des ressources) :

Studies that examine their success at the county level suggest that an additional grant dollar per person distributed to a county for public works and relief during the period of 1933 to 1939 contributed to a rise in in-migration and an increase in income per person in the county of about 80 cents in 1939. We should remember, however, that this was during a period when there were huge numbers of unemployed workers available for work. Even during this period, some studies find evidence of crowding out of private employment. Today, with unemployment rates below 7 percent, it is likely that such public-works spending would crowd out a significant amount of private construction.
Personellement, le New Deal est ce type de programme qui font penser aux gens que le gouvernement fait quelque chose pour les aider. Ce n'est pas nécessaire pas la meilleure chose, mais pour que le mythe de la reprise économique avec le New Deal existe encore, ca doit être parce que les gens ne voulaient qu'avoir un gouvernement qui semble faire quelque chose. Se présenter devant l'électorat et dire ''on a fait quelque chose'', c'est probablement plus intelligent que d'avoir fait la bonne chose. Mais bon, là c'est le grincheux en moi qui sort

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites