Nationalisme indécent (2 de 2)

dimanche 31 mai 2009 ·

Pour résumer la réflexion dont je vous ai fait part sur ce blogue auparavant, les engagements du Canada en Europe pendant les deux guerres mondiales sont exagérés et dépourvus de nuances puisqu'ils sont ciblés sur une étude de la stratégie militaire en général et non pas sur l'histoire économique et sociale.

Pour plusieurs des participants du voyage, l'histoire économique et sociale apparaît comme une variable exogène qui nous est donné par une force divine. Un exemple de cela est quand plusieurs des participants déclarent que les gens s'enrolaient sous les drapeaux pour protéger le Canada (pas si menacé que ca dans la deuxième guerre mondiale et on le faisait pour l'Angleterre en 1914-1918). Il s'agit probablment d'une variable permettant d'expliquer le volontariat des soldats canadiens, mais je pense qu'elle n'est qu'une parmi tant d'autres. Le volontariat selon moi peut être expliqué en partie par des raisons économiques. L'enrôlement impliquait un salaire, de la nourriture assurée, un logis, une assurance invalidité et des pensions en cas de décès pour la famille immédiate. À cela s'opposait l'instabilité des emplois, la pauvreté, les faibles opportunités, l'inexistance d'une assurance invalidité (pas de CSST en 1914-1918 et 1939-1945). On peut comprendre que certains individus se seraient enrôlés pour devenir de simples ''Tommies'' sans rang ou comme sous-officiers. Pour avoir émis cette réflexion, on m'a presque traité de souverainiste.

Tout cela m'amène à réflechir sur l'identité canadienne et la conclusion que j'en tire est que celle-ci est si floue et imprécise qu'elle est dominée par des identités régionales (comme le Québec). Les conflits étudiés et la manière dont ils sont étudiés par mes collègues de Wilfrid Laurier et de Waterloo me mènent à penser que la glorification d'actions militaires (au point de mettre une emphase exagéré qui déprécie l'impact multiple et profond du Canada sur le monde pendant ces conflits) servent un but autre que la recherche académique (qui est l'objectif de ce cours). Cet objectif serait vraisemblablement l'idée de créer une identité canadienne à partir de moments partagés communément dans l'histoire canadienne pour supplanter les identités régionales.

Peu importe ce qu'on pense et malgré les difficultés d'illustrer cette réflection avec seulement des mots, j'affirme sans ambages que l'identité canadienne est floue et arficiellement construite sur des bases chancellantes.

1 commentaires:

Bryan Breguet a dit…
1 juin 2009 à 00:33  

Toute identité ou nationalisme est forcément construit. Une nation n'est pas créée par Dieu, il est formée au fil des ans par des événements communs, des délimitations géographiques arbitraires, etc. Une guerre ou des batailles sont justement de bons événements pour cela à mon avis (à notre époque, je suppose que remporter la coupe du monde de soccer représenterait un bon exemple également!).
Donc si je suis d'accord en général avec ton point, je me dis qu'en même temps, ce que tu dis peut s'appliquer à n'importe quel nationalisme. Après tout, ces régionalismes dont tu parles sont aussi le fruits de cela. Donc oui, après, on essaie de créer une identité canadienne et de toutes évidences, cela a été un moins grand succès que le nationalisme québécois (bien que l'on pourrait débattre de la fameuse identité québécoise!).

En tous les cas, je n'aime pas vraiment le canadian-bashing, le mythe que 'identité canadienne est mal définie, surtout en comparaison de l'identité québécoise. Les Canadiens du ROC ont très probablement le sentiment de faire partie de la même nation, ce n'est pas si boiteux que cela. Viens regarder un match des canucks à Vancouver et tu verras 20000 personnes debout chantant le O Canada par coeur! Pour une province si éloignée du centre de la fédération, c'est pas si mal!

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites