Quand les médias ont un agenda

jeudi 27 novembre 2008 ·

C'est la fin du monde clâment t'ils, les marchés financiers s'écroulent et ca entraîne le géant américain General Motors qui va devoir licencier des centaines de milliers d'Américains.

En premier lieu, toute aide à GM (ou aux deux autres) revient à taxer implicitemment les autres entreprises qui ont crées des automobiles que les Américains voulaient acheter.

En second lieu, depuis des décennies les grandes entreprises automobiles des États-Unis ont reçues des tonnes de subventions et elles sont toujours en difficulté.

Plusieurs économistes, pundits, avocats et compagnies sortent contre le bailout. En fait, un sondage indique que 49% des Américains sont contre un ''bailout'' et 47% sont en faveur.

Toutefois, les médias ont pris position en faveur du bailout avec 42% ''d'experts'' en faveur du bailout contre 19% pour. La balance étant surtout des politiciens démocrates et républicains venus encoruager les 42% d'experts en faveur. Que d'objectivité de la part des médias.

2 commentaires:

Anonyme a dit…
27 novembre 2008 à 16:55  

«Toutefois, les médias ont pris position en faveur du bailout avec 42% ''d'experts'' en faveur du bailout contre 19% pour.»

Hein??

Et ou avez-vous pris ces chiffres?

Le Rapport Minoritaire a dit…
28 novembre 2008 à 07:53  

Le problème, c'est que si GM et le Big Three s'effondre, l'industrie des pièces risque de s'effondrer aussi, et donc entraîner la chute des constructeurs étrangers, notamment les constructeurs japonais.

C'est un effet domino catastrophique qu'il faut éviter, aussi répulsif cela peut nous paraître, instinctivement.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites