Les ressources de ce monde

lundi 14 juin 2010 ·

Sur Radical Libre, j'ai récemment argumenté que depuis 1870, il y a certes eu une divergence globalement sur le plan économique mais que depuis 1950, celle-ci commence à se résorber. En réponse à mon texte, un collègue du Parlement Étudiant du Québec, Thomas Ferreti, m'a répondu que tous mes "beaux rêves de croissance infinie se heurter à la limitation des ressources". J'aimerai donc répondre d'une manière brève et simple à ce commentaire (une version plus longue apparaîtra bientôt sur Radical Libre de l'opinion que je profère ici).

La question de la croissance en est une de productivité, c'est-à-dire de l'atteinte des objectifs qu'on se fixe en utilisant moins de ressources même si on se crée des nouveaux objectifs. Ce que je vois maintenant, c'est qu'un ordinateur par exemple produit milles fois de puissance pour moins de ressources ou qu'une automobile consomme moins d'essence qu'auparavant et que cette tendance se continue. Ou même qu'une ressource disparaît d'utilisation même si elle demeure grandement utilisée parce que des nouveaux substituts ont été crées. J'ai déjà argumenté en ce sens dans les pages du Financial Post en 2008.

Ainsi, si j'avais tort l'ensemble du prix des ressources naturelles devraient être à la hausse considérant la hausse dramatique du revenu sur terre depuis 1934 (l'année de début des données plus bas), la hausse importante de la population, l'accès accru aux autres marchés grâce à libéralisation des marchés etc. Mais en fait, c'est le contraire qui s'est produit.
Désolé Thomas, encore une fois ton approche ouvertement marxiste échoue au test empirique.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites