L'argument merdique des impôts...

lundi 1 mars 2010 ·

Cela fait plusieurs fois que j'entend l'argument que les frais de scolarité bas permettent d'augmenter la participation des étudiants et au cours de leurs vies, les étudiants remettront sept fois en impôts ce qu'ils ont eu en subventions pour étudier.

Premièrement, je n'ai jamais vu de source pour ces chiffres, si quelqu'un pourrait m'indiquer la source, ca serait vraiment plaisant. Deuxièmement, cet argument est très faible pour plusieurs raisons
  1. Une personne qui aurait décidé de ne pas étudier aurait payé des impôts elle aussi au cours de sa vie et aurait payé pendant une période relativement plus longue. Il est vrai qu'un travailleur sans diplôme paiera moins d'impôts dans sa vie que quelqu'un avec un diplôme, mais prendre ce fait en compte réduit de manière importante la valeur de sept qui est souvent "spinné" dans les médias
  2. Cet argument ne prend pas en compte le fait qu'étudier est avant tout un investissement privé. Certes, la société gagne, mais personne ne devient médécin ou avocat pour le bénéfice de la société. Le taux de participation aux études serait sûrement une grande partie de ce qu'il était même sans le gel des frais de scolarité (faisant bien sûr l'hypothèse que les frais de scolarité sont un facteur important de la décision d'étudier ou non). Ainsi, même sans cette politique publiques, les gens (en grande partie) auraient continué d'étudier et auraient continué de faire des revenus d'imposition pour l'État.
Cet argument des impôts est ridicule et je trouve vraiment que quand c'est rendu un argument des fédérations étudiantes, c'est parce qu'ils sont vraiment en train de perdre la bataille.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites