Éliminer le déficit fédéral: réponse à Bryan

mardi 8 septembre 2009 ·

Bryan a posté son commentaire sur le déficit fédéral et comment le réduire. J'ai décidé de répondre par un commentaire formel au lieu d'écrire un commentaire dans le fil de discussion de son texte. En premier lieu, il y a quelques jours Bryan m'a informé que le déficit fédéral était majoritairement dûs à deux choses:
  1. Les baisses d'impôts (notamment la TPS)
  2. Le plan de relance

Concernant le premier point, je suis toujours relativement favorable à des hausses des taxes à la consommation pour financer les activités gouvernementales de manière à réduire certaines autres formes de financement plus néfaste (tarifs sur le commerce, impôt des entreprises). Mais en soit, cela ne régle pas tant le déficit en soit. C'est le plan de relance qui est le plus ridicule. Jusqu'à maintenant, la crise économique semble partie et une faible partie du plan de relance a été appliquée, ce qui laisse croire que celui-ci n'avait pas tant à avoir avec la reprise. Il y aurait donc de manière de revoir quels éléments du plan pourraient être éliminés sans difficultés.

Ensuite, il y a aussi l'agriculture qui en soit consomme énormément en subventions dans lequel on pourrait couper. Cependant, cela sera loin de suffire même si on ajoute (avec raison) les subventions aux entreprises en général. Le point dans lequel il serait justifié de couper selon moi (et cela m'attirera les foudres de plusieurs) c'est les transferts aux provinces. Généralement, je trouve que le fédéral devrait assister certes les provinces, mais minimalement. En se servant de la taxation au niveau du Canada pour donner massivement à certaines provinces, les plus petites provinces comme la Nouvelle-Écosse évitent les taux de taxation élevés que néccéssitent leurs programmes sociaux puisqu'ils peuvent se servir des contribuables de l'Ontario. Les provinces doivent être responsables de leurs dépenses personellement et se concurrencer entre elles pour faire de bonnes politiques publiques. Une aide massive du fédéral revient à retirer cette compétition, alors autant la réduire considérablement.

Contrairement à Bryan toutefois, je suis assez réticent à réduire les dépenses militaires. En fait, ca dépend beaucoup de la mission qu'on veut donner au Canada. Cherche t-on à avoir un Canada actif internationalement qui doit défendre impérativement sa souveraineté sur l'Arctique ou cherche un Canada plus pacifique qui n'intervient que très peu et finance seulement la défense strictement nationale? L'erreur des libéraux a été de réduire les dépenses militaires en évitant les modernisations nécessaires, poussant ainsi dans le futur la facture, tout en augmentant la présence militaire Canadienne dans le monde. Si on souhaite bénéficer du fait qu'on est voisin des Américains et avoir une armée squelettique, ces coupures pourraient être justifiées. Cependant, on ne peut pas faire les deux.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites