Politologue amateur...

samedi 27 juin 2009 ·

Pierre Morin sur son blogue décide de citer le très crédible Michel C.Auger(qu'il ridiculise souvent mais qu'il cite quand ça lui convient). Il cite le passage suivant :

Le danger qui guette l’ADQ, dans la présente course à la direction, est de se cantonner dans un terreau idéologique carrément de droite, dans lequel elle sera toute seule, certes, mais qui ne lui donnera plus aucune chance de prendre le pouvoir. (…) Le problème de l’aile droite adéquiste a toujours été de vouloir copier les politiques conservatrices américaines, ou plus récemment, du Parti conservateur fédéral, comme s’il était plus important de montrer son conservatisme que de trouver des solutions adaptées au Québec.
Vraiment? Quelles sont les politiques des conservateurs américains? Si Michel C.Auger était un véritable politologue (ou rigoureux tout simplement) et qu'il avait regardé les chiffres de l'organisme gouvernemental US Census Bureau ou du National Bureau of Economic Research, voici ce qu'il aurait trouvé comme politiques "conservatrices" :



  1. Transformation des surplus budgétaires de l'administration Clinton en déficit
  2. Coupures d'impôts temporaires et non-permanentes qui n'ont aucun effet sur la reprise économique de 2001
  3. Une augmentation des dépenses pour Medicare et Medicaid
  4. Une augmentation des dépenses pour la Sécurité Sociale et aucune réforme allant dans le sens de la privatisation
  5. Un début de "bailout" pour le secteur financier qui sera continué par l'administration Obama
  6. Un début de "bailout" pour le secteur automobile qui sera continué par l'administration Obama
  7. Politique protectionniste pour l'industrie de l'acier

Politiques conservatrices? Vraiment? Rigueur, Rigueur, Rigueur comme dirait l'autre...

3 commentaires:

Philippe David a dit…
27 juin 2009 à 19:03  

Je me demande d'où vient cette notion que l'ADQ ne pourrait pas gagner des élections en prônant des politiques de droite. C'est ce qui les a menés dans l'opposition officielle. On semple considérer la droite comme un mouvement marginal au Québec, je crois que c'est faux.

C'est un large segment de la population qui présentement, votent libéral par manque de choix.

AntiPollution a dit…
28 juin 2009 à 06:03  

Malgré qu'il me répugne, ce Pierre Morin des bogues bleuquébec et de l'antisouverainistes a raison de citer ce passage de Michel C. Auger.

@M.David,je ne suis pas certain que c'est de parler des politiques de droite qui ont ammené l'Adq dans l'opposition officielle mais toute la propagande sous jacente contre André Boisclair qui pourtant était aussi de droite.
***
Une fois au pouvoir les gouvernements qui se sont fait élire en pronant la politique de droite ont tendances à se tourner vers la gauche pour garder le pouvoir.
Le plus paradoxal, c'est la présidence de Bill Clinton qui était plus à droite que n'importe quel autre.

Mathieu a dit…
29 juin 2009 à 10:38  

C'est l'usage du nationalisme qui a fait de l'ADQ le 2e parti, rien d'anti-Boisclair.

Souvenez-vous du thème principal en 2007 (certains oublient vite): les accommodements raisonnables.

Le vote nationaliste franco-québécois peut être autant réparti chez les sociaux-démocrates que chez nos sarkozistes québécois.

Preuve à l'appui: le PQ est revenu bon deuxième dans les sondages dès qu'ils ont suggéré de faire passer des tests pour déterminer qui peut être citoyen québécois avec les pleins droits versus ceux qui auraient moins de droits que les autres.

@Antipollution:
Et pour vous, au dépend de qui doit être fait votre version du nationalisme franco-québécois?

Les Anglophones et les Allophones?

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites