Entraide: l'héritage judaïque à saisir

jeudi 25 juin 2009 ·

L'ancien président des jeunes adéquistes, Micaël Bérubé se plaint que la charité et le volontariat au Québec tire de la patte. Selon Bérubé, il est nécessaire de changer un discours politique. Mais pour avoir connu Micaël de mon temps à l'ADQ, je sais qu'il n'est pas chaud aux idées dites libérales. Mais je pense que sur ce point, je me dois de le rattraper.

Si l’État accapare des ressources pour faire de lui-même une œuvre de charité, il fait compétition aux charités privées et les gens suivent le vieil adage voulant que qu’on se fout éperdument de l’argent des autres dépensés sur les autres. En plus, on peut questionner la nature de la charité produite par l’État. Cherche-t-elle à réduire les inégalités ou bien à assurer l’indépendance des individus de manière à réduire les effets de la nature et de la chance? Le penseur Maïmonide explique la nature de la charité d’une manière lucide. Ce philosophe juif énonçait que la charité la plus noble est celle du cœur pur qui accepte l’anonymat pour aider le récipiendaire à atteindre l’indépendance . Sous cette forme, la dignité du récipiendaire est préservée puisque les donateurs regardent les différentes œuvres et leur cœur pur les incite à évaluer le succès de l’organisme organisant l’aide pour être sûr que l’indépendance soit atteinte. Toutefois, sous la charité d’État le donateur n’est plus anonyme et il est contraint de donner, il est connu de tous, c’est la société qui paie. Le donateur perd l’incitation de surveiller, il se dit que d’autres le font – la société s’en occupe- ce qui fait que l’objectif de l’indépendance n’est pas atteint.

Un « marché » de la charité permet la redistribution volontaire puisque comme le dit John Rawls dans sa Théorie de la Justice «les hommes ne sont pas indifférents à la façon dont sont répartis les fruits de leur collaboration ». Dans ce «marché de la charité», les donateurs cherchent une fondation ou un organisme qui est fait sur mesure pour ce qu’ils cherchent à encourager. Pratiquement, ils échangent librement la satisfaction d’aider quelqu’un pour de l’argent qui aidera la personne à être plus indépendant. Sous l’État, pour des raisons légales, on ne peut pas discriminer. On se retrouve donc avec une charité qui est « one size fits all » qui s’oppose à une myriade de charités « custom-made » . La première forme étant moins propice – pour les raisons énoncées plus haut- pour assurer la réduction des inégalités de nature et de chance que nous cherchons à réduire.

Quant aux chiffres, l'économiste Russell Roberts qui s'est penché sur la question notamment dans The Invisible Heart:an economic romance regarde les chiffres des États-Unis, pays avec un très faible État-Providence et les autre pays de l'OCDE:

In 2002, individuals and corporations in America gave roughly $240 billion to charity. Is that a big number or a small one? American giving as a percentage of GDP dwarfs that of every European country, even when spending on religion is excluded. A recent study by the Johns Hopkins Comparative Nonprofit Sector Project (Salamon 2004) found that giving by American individuals and businesses, as a proportion of GDP, is eleven times that of Italy, three times that of France, seven times that of Germany, and twice that of Sweden. American giving is seven times that of Japan. Of the thirty-six developed and developing nations studied, only Israel is more generous (...) Even excluding the value of donated time, Americans donate billions more than the federal government spends on cash, food, and housing for the poor. The bulk of the money, typically about 85–90 percent, comes from individuals or bequests (...)

Mais Roberts note que ce n'est pas aux plus pauvres que l'aide se dirige, mais vers les arts et l'environnement. La raison pour cela selon Roberts, c'est que suite à la Grande Dépression il y a eu un effet d'éviction à l'égard des charités privées. Elles ont décidé plutôt de se diriger dans des créneaux moins exploités par l'État pour vraiment produire davantage de bien-être.

Cela me ramène donc au penseur Maïmonides. Si on sait que l'État fait la tâche, le donateur est identifié, la dépendance est encouragée au lieu que la charité vise l'indépendance. L'État-Providence incite en quelque sorte la dissolution de la charité par des programmes humanistes.

Comprenez-moi bien, je ne suis pas en train de dire qu'il faut démanteler l'ensemble des programmes sociaux. Au contraire. Ce que j'argumente c'est que les programmes sociaux doivent se baser sur des principes de marché, doivent être ciblés et qu'ils doivent viser l'atteinte de l'indépendance. On doit aussi être prêt à questionner certains programmes dans le but d'encourager la charité, je pense notamment au secteur des arts au Québec.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites