Israël : quand le Hamas nuit aux Palestiniens!

samedi 16 mai 2009 ·

À force de tirer des roquettes sur Israël malgré le retrait unilatéral des Israëliens de la bande de Gaza, le Hamas a miné le gouvernement plus modéré de Kadhima et a poussé les Israëliens (on ne peut pas vraiment les blâmer) dans les bras du Likoud dont le premier ministre vient de dire qu'il refusera la création d'un État Palestinien.

C'est vraiment aider les Palestiniens que de faire ca, c'est fou! Tout faire pour détruire politiquement les gens en Israël qui sont vraiment favorables à la solution des Deux États et ensuite aider à l'élection d'individus qui sont moins favorables. C'est vraiment ridicule!

Non le Hamas n'aide pas les Palestiniens, il agit comme une organisation terroriste qui voit les Palestiniens comme des outils dans une mission intégriste!

4 commentaires:

AntiPollution a dit…
16 mai 2009 à 13:20  

À force de se faire confisquer et expulser par la force de leurs terres depuis 1947, la résistance palestinienne, l'OLP puis plus récemment le Hamas ont combattu et combattront encore pour les récupérer à la mesure de leurs moyens.

Mathieu a dit…
17 mai 2009 à 01:08  

Je me demande combien de terres les Juifs (nouveaux arrivés ou ceux établis depuis toujours) ont-ils pu acheter librement à des Palestiniens, des Jordaniens, des Libanais ou des Égyptiens avant la création de l'État israélien ?

En possédaient-ils déjà la grande majorité ?

(Si qqun peut me répondre...)

Laurence Tilmant-Rousseau a dit…
17 mai 2009 à 12:18  

@ Mathieu

Les terres de palestine n'appartenaient pas aux Arabes mais à l'empire Ottoman, la Turquie aujourd'hui, jusqu'en 1923 si ma mémoire est bonne. Ensuite, la Palestine fut sous mandat Britannique jusqu'en 1948, l'année de la fondation d'Israël.

D'ailleurs, le Fonds National Juif, fondé au début su siècle, avait pour but d'acheter les terres en Palestine pour créer un État Juif mais au lieu de s'adresser au occupant des terres, les administrateur du fonds allait négocier directement avec les officiels qui gouvernait la Palestine, les Ottomans et les Britanniques par la suite.

Tu peux consulter le plan de partage des Nations Unis de 1947 pour te faire une idée des terres possèdés par les Sionistes, mais fait attention, les terres proposés pour la création de l'État juif ne représentait pas le poids démographique des juifs à l'époque, de plus, Jérusalem devait avoir un statut international sans faire parti des deux États.

Gilles Laplante a dit…
18 mai 2009 à 07:31  

Se toutes façons les Palestiniens n'en veulent pas d'un État. S'ils en obtenaient un, ils n'auraient plus de raisons de poursuivre leurs actions terroristes. Ce qu'ils veulent, c'est l'éradication d'Israël et si jamais ils l'obtiennent, ce dont je doute, la Sirie, la Jordanis et l'Égypte se partageront le territoire qui retournera au désert.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites