En défense de la mathématisation de l'économie

jeudi 14 mai 2009 ·

Demandez à Bryan, je suis un terrible mathématicien (j'hésite même à employer le mot) mais cela ne m'empêche pas de reconnaître la force des mathématiques en science économique. Ne serait-ce que pour l'évaluation des phénomènes passés. Par exemple, l'article si souvent cité de Harold Cole et Lee Ohanian dans The Journal of Political Economy qui conclut que les politiques paradoxales du New Deal ont rallongé la crise d'approximativement sept ans était basé sur un niveau important de mathématisation. Toutefois, il est souvent cité par ceux-là même qui critiquent la mathématisation de la science économique.

C'est pour illustrer mon propos que je prend cet exemple. Parce qu'il est impossible de produire une littérature significative qui survivra aux critiques académiques si elle n'est pas basée sur une approche mathématique rigoureuse. En fait, je me souviens d'une discussion avec Bryan sur les R2 dans les études économétriques et il m'avait dit que c'était normal au début de l'économétrie d'avoir des R2 super élevés, alors que de nouvelles méthodes (tant dans la mesure des données que dans les calculs) ont permis de modérer les excès. Ainsi, la science économique a vécu cette période de super-scientisme ou un modèle pouvait tout expliquer comme c'est le cas en Psychologie ou en Science Politique.

Toutefois, maintenant je pense justement que les mathématiques en économie nous incite au contraire à la modestie et nous rend plus imperméable aux idées de grandeur pour l'économie. Je sais que mon ami LouisP qui étudie au doctorat à Queens se fait souvent attaqué pour parler en bien de la mathématisation et sachez que je ne partage pas plusieurs points de vue de Louis (ou Bryan parfois). Mais ils sont tous deux très rigoureux et très scientifiques et font toujours très attention dans l'usage des mots (chose difficile à apprendre) et évitent de faire des déclarations qui balaient tout.

Entre moi, Bryan et Louis, je suis probablement (et immanquablement) le plus radical en termes de politiques publiques. Mais leur conception de la méthodologie est juste et rigoureuse et ils sont modestes justement grâce à leurs connaissances économétriques. C'est pour cela que j'aimerai inviter tout le monde qui critique la mathématisation de l'économie de bien vouloir modérer leurs propos.

7 commentaires:

louisp a dit…
14 mai 2009 à 12:48  

"Mais ils sont tous deux très rigoureux et très scientifiques et font toujours très attention dans l'usage des mots (chose difficile à apprendre) et évitent de faire des déclarations qui balaient tout.
"

J'ai comme l'impression qu'on va me la remettre sur le nez celle-là! lol

Bryan Breguet a dit…
14 mai 2009 à 15:38  

Tu es terrible en math! Pas un terrible mathématicien! lol Stpl change cette formulation. Sinon je peux affirmer être un terrible chirurgien cardiaque...

David a dit…
14 mai 2009 à 18:08  

Le problème c'est surtout la modélisation de l'économie.

Bryan Breguet a dit…
14 mai 2009 à 18:49  

Dans quel sens David?

Personnellement je pense qu'utiliser des math te force à être rigoureux. Mais en même temps, il faut bien comprendre que tu peux montrer ce que tu veux en utilisant les hypothèses appropriées.

David a dit…
15 mai 2009 à 18:35  

@ Bryan Breguet:

J'aime bien la critique faite par Ed Leamer des modèles économiques:

http://www.econtalk.org/archives/2009/05/leamer_on_macro.html

"Most economists think of theory and evidence and think of economics as a scientific discipline; trying to argue that would be healthier if we recognized the limits of our knowledge, dealing with complex human systems."

"In a way, the crisis we are in now due to over-statement of the precision with which economists and financial analysts understand the way the world works. Rating agencies: two-valued logic--true/false, yes/no/ safe/not-safe. Teach in econometrics, only two possibilities. Complex human systems have third possibility: we don't know. With mortgage-backed securities, should have been given Triple-A-H, meaning hypothetical. Three-valued logic."

Bryan Breguet a dit…
15 mai 2009 à 22:47  

Oh je suis d'accord David. Je subis depuis 1 an les cours de doctorat et je me rends à quel point on est parfois totalement éloigné de la réalité. Le pire n'est pas tant cette modélisation à l'outrance (je pense en particulier que si un phénomème existe, alors on doit pouvoir le modéliser), mais le fait que souvent, plus de math semble être la solution aux limites du modèle! Après on se retrouve avec de jeunes ph.d en économie qui ne comprennent rien au monde réel et pensent que l'on peut tout solutionner avec des math (crois-moi, j'ai en particulier un Québécois attardé avec moi dans mes cours qui est comme cela)

Vincent Geloso a dit…
16 mai 2009 à 12:06  

lol Bryan je sais tellement à qui tu fais référence :P :P :P :P Monsieur Deux Sources dans un Travail de Maîtrise :P

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites