Bravo!

jeudi 14 mai 2009 ·

Je pense que c'est la première fois que je suis content de ce gouvernement depuis son élection en décembre passé. Je salue la décision de Christine St-Pierre (même si cela lui a pris une journée avant de décider) concernant le port du voile islamique. Je suis vraiment content de voir que le PLQ ne tombera pas dans le petit jeu raciste et intolérant du PQ et de l'ADQ, ou ne suivra pas les recommandations d'un groupe féministe.

En plus l'opposition manque cruellement de cohérence. Comment exiger que les femmes musulmanes ne portent pas le voile dans la fonction publique soi-disant car elle représente l'état et ce dernier est laïque, mais ces mêmes partis sont opposés au retrait du crucifix de l'Assemblée nationale! S'il y a bien un endroit représentant l'État, c'est l'assemblée nationale! Alors donnons l'exemple avant d'exiger quoique ce soit.

18 commentaires:

louisp a dit…
14 mai 2009 à 16:03  

Demain, elle va faire un 180 degrée. ;-p

Personellement, je trouve ça un peu rapide de dire que c'est un jeu raciste de vouloir bannir le port du voile dans la fonction publique. Je suis d'accord qu'au niveau cohérence(le truc du crucifix), ils avaient presqu'un devoir de prendre cette position(et bien sûr de continuer à s'assurer le vote de cette communauté). et que l'assemblé Nationale n'est pas une très bonne place pour faire ce débat, mais bon...Bouchard-Taylor n'ont pas fait leur job à part revenir sur le multiculturalisme standard canadien et le "rebrander".


En tout cas, on verra bien comment ça va finir.

AntiPollution a dit…
15 mai 2009 à 05:50  

Je crois moi aussi que cette histoire va finir en queue de poisson.

Pour ce qui est du crucifix, il a été sculpté là à l'Assemblée-Nationale bien avant l'arrivée massive des immigrants, au cas ou vous l'avez oublié, le Québec est depuis la Nouvelle-France (+-1600) un pays catholique avec son patrimoine et ses traditions.

Anonyme a dit…
15 mai 2009 à 08:07  

Antipollution, la croix a été placée à l'Assemblée Nationale en 1936...

Mathieu a dit…
15 mai 2009 à 08:53  

@Antipollution:

Êtes-vous pour un État neutre et laïc ou pour un État qui doit imposer un code morale unique de force à toute la population?

Pour moi, un individu qui porte le voile ou un chapelet, c'est son droit et sa liberté.

Mais une institution qui dit représenter la Nation qui se borne à vouloir afficher des symboles d'une religion particulière, c'est une institution qui ne peut se targuer de représenter tout le monde.

C'est un des trucs qui trace la ligne entre les partisans du "NOUS" inclusif:
Est Québécois(e) quiconque est né au Québec ou vit au Québec, indistinctement de sa religion, de ses opinions politiques ou idéologiques, de sa langue d'usage et maternelle, etc. Les institutions doivent respecter les droits des individus et groupes minoritaires des risques de l'arbitraire de la majorité.

...et les partisans du "NOUS" exclusif:
Est Québécois(e) quiconque qui adhère à des valeurs québécoises fixes: doit parler français, doit voter pour un parti indépendantiste, doit adhérer au même système de valeurs judéo-chrétiennes, doit chercher à renforcer l'État-providence, le garant de NOS droits qu'on peut imposer ainsi de force aux autres.

Les institutions doivent servir à établir UNE façon de faire. Si possible, elles doivent persécuter ceux qui ne croient pas à nos valeurs universelles et donner des privilèges spéciaux à ceux qui respectent les valeurs énumérées plus haut.
Ne pas hésiter à inviter les dissidents à quitter NOTRE pays si elles contestent.

AntiPollution a dit…
15 mai 2009 à 09:43  

J'ai dit que le crucifix a été sculpté avant l'arrivée massive des immigrants.

En ce qui concerne la société, est-ce que ce crucifix fait ombrage à la société civile ? Si oui, dites-moi comment ?
Il y a une statue avec un autochtone arborant des plumes devant l'Assemblée-Nationale, devrons-nous détruire cette statue et le nom de la porte dite du "Sauvage"?

Faut-il changer tous les noms de rues, routes, villages, montagnes et édifices ayant le mot Saint ou Sainte dans leurs désignations ? Tout cela dans le but de plaire à quelques extrémistes anti religions ou aux mangeux de curés ?

Bryan Breguet a dit…
15 mai 2009 à 14:14  

L'argument du "on ne touchera pas au crucifix car c'est un patrimoine" ne tient juste pas la route. L'assemblée nationale n'est pas un musée! C'est l'endroit où les lois sont votées. Nous pourrions placer le crucifix à l'extérieur du salon bleu, ou même à coté de l'autochtone justement, ce qui répond à ta question. Ce crucifix, juste au-dessus du président, est un symbole très fort qui mériterait d'être changé selon moi. Et ne viens pas jouer le petit démagogue avec ta question sur les noms de rues, etc. Je ne demande pas cela. De toutes manières, je me fous pas mal de ce crucifix, mais je me fous aussi qu'une femme porte le voile en me servant au comptoir de la SAAQ. Mon point étant: on ne peut pas exiger de ces femmes qu'elles ne portent plus le voile quand on est même pas capable de rendre l'assemblée nationale vraiment laic!

Gilles Laplante a dit…
15 mai 2009 à 16:00  

Il ne faut pas confondre religion et ethnie. Dire que l'interdiction du port du voile est du racisme et le signe de l'incompréhension de ce qu'est le racisme.

Laurence Tilmant-Rousseau a dit…
15 mai 2009 à 16:52  

Je tiens à rappeler à tout le monde que le débat concerne le port de signe religieux dans la fonction publique et non pas sur le voile islamique, l'identité québecoise ou l'intolérance.

Affirmé que la laicité est pour accommoder les "autre" croyants ou les athées enragés est d'une fumisterie sans précédant. Le débat sur la laïcité est vieux de plusieurs siècles, bien avant la fondation de la Nouvelle-France ainsi que l'arrivée de "nouveaux immigrants" au Québec. En fait, Le débat sur la laïcité repose sur une question fort pertinante: La religion peut-elle s'accabarer les leviers de l'État pour appliquer (pour ne pas dire imposer) ses croyances et ses pratiques sur la société.

Il va s'en dire qu'une femme voilée qui me sert à la SAAQ ne m'impose pas sa religion et ses croyances et il en est de même pour le crucifix en l'Assemblée Nationale. Dans les deux cas, le port de signe religieux n'a qu'une porté symbolique sur la laicité.

Même si cela demeure symbolique, exiger l'interdiction d'afficher une croyance religieuse par l'État ou par ses agents méritent d'être posé. On ne discrime pas sur les croyances de l'individu mais bien sur le fait qu'elle les affiche publiquement sur les lieux de travail.

Et venez pas me parler de racisme lorsqu'on pose ces questions. On parle de religion, pas de "race", il y a une différence majeur en les deux: On ne né pas chrétien, musulman, juif ou boudhiste, on le devient, c'est un choix, contraiment à la couleur de la peau qu'on ne choisi pas (sauf si on s'appel Michael Jackson). De plus, la religion est un amalgame de croyances et de pratiques, ce qui fait qu'elle peut être critiquée au même titre que n'importe quel courant philosophique sans joué d'aucun traitement de faveur au nom de la liberté de culte ou de la diversité.

Le fait que le PQ ou l'ADQ pose ses questions de manière maladroite et qu'ils sont hypocrites sur la question du cruxcifit à l'Assemblé Nationale n'a aucune incidence sur la question de fond.

Guillaume a dit…
15 mai 2009 à 18:41  

Pour une rare fois, je suis également en accord avec la position défendue par le PLQ et la FFQ. C'est plutôt exceptionnel que ce soit le cas.

Bryan Breguet a dit…
15 mai 2009 à 19:38  

Laurence, soyons honnête, le débat posé par le PQ et l'ADQ est bel et bien sur le port du voile et seulement cela. Ils ne posent pas le débat de manière large, je n'y crois pas. Si tel était le ca,s ils seraient ouverts à parler du crucifix. C'est pourquoi je parlais d'intolérance et de racisme (mauvais choix de terme bien que je suis en total désaccord avec l'interprétation que le racisme ne porte que sur les "races" -terme qui n'est même plus utilisé...-, je vois ce terme comme étant bien plus général). Mais je vous accorde que le terme est p-e mal approprié dans ce cas. Gardons donc le terme "intolérance" si vous voulez bien.

Je suis en fait ouvert à avoir ce débat, sur tous les signes religieux. C'est ce que la France a fait avec une grande commission, même si là encore le débat public s'est focalisé sur le voile.

Laurence Tilmant-Rousseau a dit…
15 mai 2009 à 20:33  

Le PQ et l'ADQ ont le droit de parler uniquement du voile. Le voile islamique n'est pas seulement un signes religieux aux yeux de ses détracteurs mais un symbole de soumission envers la femme. Irshad Manji et Djemila Benhabib , deux musulmannes, ont dénoncé ce symbole et ont soutenu des projets de loi interdisant le port du voile dans les écoles et la fonction publique. Dans le cas d'Irshad Manji, malgré qu'elle se définit "pro-choix" pour le port du voile, elle s'est ralliée à la loi sur la laïcité en France après qu'elle ait appris qu'une majorité de femmes musulmannes supportaient la loi à cause de l'intimidation qu'elles vivaient lorsqu'elles refusaient de le porter.

Il est vrai qu'interdire le port du voile et cibler ce signe uniquement comme le fait Pauline Marois est discriminatoire et improductif. Par contre, cet fixation sur le voile permet justement d'étendre le débat sur le port de signes religieux. Le PQ et l'ADQ pourront pas jouer à l'autruche éternellement sur la questions du crucifix dans les lieux publics (école, hôpital, assemblée nationale) et les subventions à l'Église Catholique pour entretenir son parc immobilier. (i.e : Église)

Tout ce brouhaha à l'Assemblée Nationale ouvre une opportunité pour justement parler de laïcité, ce qu'on ne fait pas assez souvent au Québec.

Bryan Breguet a dit…
15 mai 2009 à 22:44  

N'a-t-on pas un gros rapport Bouchard-Taylor là-dessus justement? Il me semble qu'ils ont fait une job pas si mauvaise que cela.

Quant au symbole de soumissions des femmes, je n'entrerai pas dans ce débat. Je ne suis pas un grand fan du port du voile, mais je ne pense pas que c'est en l'interdisant qu'on "libérera" ces femmes.

louisp a dit…
16 mai 2009 à 07:52  

"Il me semble qu'ils ont fait une job pas si mauvaise que cela."
Non en fait, il n'y a rien qui est vraiment sorti de ce rapport à part la réintroduction du terme "canadien-français". Sinon, c'est du bon vieux multiculturalisme canadien.

Guillaume a dit…
16 mai 2009 à 14:02  

Si ça n'a servi qu'à remettre sur la table l'expression "Canadien-Français", c'est un résultat louable.

Après tout, les "Québécois pure laine" sont avant tout Canadiens-Français, ils ne Québécois qu'ensuite (et encore, le terme "Québécois" a pris son envol uniquement grâce aux fallacies de nos sociaux-démocrates).

Mathieu a dit…
17 mai 2009 à 01:20  

"Pour une rare fois, je suis également en accord avec la position défendue par le PLQ et la FFQ. C'est plutôt exceptionnel que ce soit le cas."

Moi aussi. J'ai privilégié la liberté sur ma propre non-croyance en un Dieu et en son dogme.

@Laurence:
Même s'il y a supposément une majorité de femmes qui s'opposent au port du voile... et qu'il faudrait donc viser à l'interdire dans les lieux publics ou liés au gouvernement, ça n'empêche pas qu'ils puissent avoir des femmes qui, librement, choisissent de le porter.

Sans que ce soit un symbole de soumission à un homme.

Et interdire des symboles religieux ne vont pas empêcher un ingénieur, un haut fonctionnaire ou un ex-PDG d'Hydro-Québec de croire en n'importe quoi comme en les enseignements de la Secte du Temple Solaire.

Mathieu a dit…
17 mai 2009 à 01:23  

*Ordre du Temple Solaire

Laurence Tilmant-Rousseau a dit…
17 mai 2009 à 14:19  

@ Mathieu et Brian

j'invite les personnes à relire mes commentaires (et ceux des autres rédacteurs)car je ne me suis jamais positionné POUR l'interdiction du voile sur la place public. Je suis CONTRE l'interdiction du port du voile sur la place public. D'ailleurs, dans mon deuxième commentaire j'affirme qu'interdire seulement le port du voile comme le fait Pauline Marois(Source)
est discriminatoire et improductif.

La notion de liberté et de choix est impertinant à savoir si le voile est un symbole de soumission car la soumission peut être librement consentie. En psychologie il y a justement un concept de la soumission librement consentie qui explique qu'une personne peut se soumettre sans qu'aucun gestes d'intimidations ou de violences soit utilisés envers elle.

En passant, le fait que j'affirme que le voile est un symbole de soumission, je le tiens de Saïd Jaziri, ex-Iman de la mosqué Al-Qods à Montréal. J'ai visité sa Mosqué en 2002 avec ma classe de 5e secondaire du Petit Séminaire de Québec lors d'un voyage organisé dans le cadre d'un cours sur les différentes religions. Saïd Jaziri a affirmé devant la caméra, car notre groupe était suivit par l'équipe de Second Regard, que la femme devait se voilé parce que l'Homme était plus suceptible de trompé son épouse et que la femme avait le devoir de se voiler pour pas tenter l'homme. C'est pas beau ça. Il y a des centaines voir des milliers de sermons sur Internet où des Imams tient sensiblement les même propos. Les femmes musulmanes qui porte le voile peuvent avoir mille et une raisons pour le porter mais les hommes ont une seul raison pour que les femmes porte le voile, celle de la dominiation.

@ Mathieu

Voici l'interview de Irshad Manji qui explique sa position sur le voile ainsi que le fameux sondage dont tu remets en doute les résultats. Je recommande aussi de consulter le site web du collectif Ni putes ni Soumises pour connaître un peu se qui se passe dans les Cités en France. Tu vas voir c'est édifiant.

Mathieu a dit…
21 mai 2009 à 20:33  

Et vous a-t-on présenté un autre point de vue en classe, autre que celui de radicaux extrémistes (des deux côtés) ?

Comme celui-ci ? http://www.youtube.com/watch?v=FjA3PX-qmOQJe continue à croire qu'il n'y a pas matière à légiférer, même si, oui, il y a une minorité/majorité? (on n'entend que celles qui parlent le plus fort mais que représentent-elles ?) de personnes brimées à cause d'un vêtement porté de façon non-volontaire, non-libre.

Pour celles qui en portent vraiment librement, pour elles, ça justifie de ne pas l'interdire.

Sinon, on risque bien de se voter des lois de plus en plus restrictives (que ce soit avec les armes à feu, les couteaux, le voile, l'alcool, les drogues, le hockey, les jeux vidéo, etc.) pour la simple raison qu'il y a un potentiel que tel truc ou tel autre fasse d'une minorité des victimes.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites