Vincent a raison et tort

dimanche 12 avril 2009 ·

Puisque Vincent a lancé un vigoureux débat (entre 3 personnes je l'admets) lors de son dernier post concernant les libertés individuelles et le niveau de vie, j'ai décidé de prendre quelques données et de regarder la relation entre PIB et libertés individuelles.

Les données sur le PIB, l'ouverture à l'extérieure ainsi que les dépenses publiques proviennent du Penn World Table, pour l'année 2004. Cet organisme fournit des données relativement bine comparables au fil des ans.

L'indice des libertés civiles provient de Freedom House, qui compile depuis des années des données sur les libertés et les droits politiques dans le monde. Cet organisme crée ensuite une echelle allant de 1 (meilleur score) à 7 pour ces deux données. Il classe ensuite les pays par groupe, du style "libre", moyennement libre", etc. Pour info, le Canada se classe bien sûr comme étant au meilleur rang possible dans les deux catégories.

J'ai donc régressé (i.e utilisé des méthodes quantitatives pour estimer les relations entre les variables) l'indice des libertés civiques sur ces variables: l'indice des droits politiques, le PIB (en dollar constant), l'indice de l'ouverture au commerce extérieur (ne me demandez pas comment il est calculé, consultez vous-même le site web) ainsi que le pourcentage des dépenses gouvernementales sur le PIB. Voici les résultats (rappelez-vous: plus le score est bas pour les libertés civiques, mieux c'est). Pour l'interprétation, le coefficient donne le sens et la magnitude de la relation alors que la pi-value mesure si cette relation est statistiquement significative. Pour les statisticophobe, vous avez juste besoin de savoir que plus la pi-value est petite (en particulier plus petite que 0.05 ou 5%), plus la relation est significative.


Coefficients Pi-Value
droits pol 0.747 0.0000
PIB -0.0000191 0.0050
ouverture -0.0013 0.1840
constante 1.1016 0.0000




R2 0.8996

obs. 77

Nous voyons qu'un PIB plus élevé entraine un indice plus bas (donc davantage de libertés) (ne vous fiez pas au coefficient très petit, cela est en raison des unités de mesure. La vraie mesure de signification reste la pi-value). Avoir davantage de droits politiques est également positivement corrélé avec les libertés. Par contre, l'ouverture extérieure n'a pas d'effet significatif. Il faut bien comprendre que ces résultats ne prouvent pas qu'un PIB plus élevé entraîne nécessaire davantage de libertés économiques. En effet, au delà de toutes les limitations quant aux données, méthode employées, etc, nous parlons ici de corrélation, pas de causalité. Néanmoins ces résultats sont intéressants.

Deuxièmement, il y avait un débat sur le Chili. Voici l'évolution de ses deux indices (droits politiques et libertés civiques sur les 40 dernières années


PR CL
1972 1 2
1973-77 7 5
1978-87 6 6
1988 5 4
1989 4 3
1990-2001 2 2
2002 2 1
2003-2008 1 1


Une belle évolution! Je suis pas mal sûr de pouvoir deviner l'année du premier coup d'état...

4 commentaires:

louisp a dit…
13 avril 2009 à 06:48  

T'as essayé de "rescaler" le PIB. Car si je ne me trompe pas, théoriquement ça ne devrait pas jouer sur ta matrice de covariance, mais qu'en pratique quand les chiffres sont petits ça joue sur ça valeur quand même(un truc computationnel).

Remarque que ça change pas grand chose avec une régression comme ça. Doit être pas mal plus compliqué faire le travail comme il le faut. Mais merci, super intéressant pareil. Du moins la corrélation:
ouverture -0.0013 0.1840.

Bryan Breguet a dit…
13 avril 2009 à 07:04  

Non j'ai pris les données telles quelles. En fait le principal problème de la méthode est qu'il doit y avoir de l'endogénéité partout. Après tout, le PIB ou l'indice des droits politiques ne sont pas déterminés de manière exogène.

Néanmoins tu le sais, même si la taille du coefficient pourrait changer, bien souvent, si ta relation est significative en mco, elle le sera avec d'autres modèles.

Vincent Geloso a dit…
13 avril 2009 à 08:43  

J'aimerai bien qu'on teste avec un indice de libertés économiques en général (j'aime bien celui du Heritage Foundation, je le trouve plus intéressant que celui du Fraser Institute puisqu'il attribue un rôle plus important aux réglementations) au lieu de leur indice des libertés économiques.

louisp a dit…
13 avril 2009 à 08:45  

Je pensais à ça et faire la travail soi-même serait un bordel total. Il faudrait trouver des instruments et essayer de faire de l'inférence qui est égalementun bordel total lorsque l'on utilise des variables instrumentales.
Donc...je me suis dit quelqu'un a dû se taper la job pour une publication.

J'ai trouvé ces deux articles par les même personnes:
Globalization and the Right to Free Association and Collective Bargaining: An Empirical Analysis ( http://eprints.lse.ac.uk/628/1/World_Dev_(Labor_Rights).pdf )

Trade Openness, Foreign Direct Investment and Child Labor
( http://www.svt.ntnu.no/iss/Indra.de.Soysa/published/WD_child%20labour.pdf )

Les résultats sont intéressants et vont en quelque sorte dans le sens de l'économiste libérateur des peuples ;-p.

Je serais quand même curieux de savoir si l'inférence est bien faite et que tout ce truc ne souffre pas de "weak instruments". J'ai honnêtement pas eu le temps de lire tout le truc. J'ai des exams, lol

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites