Incohérence

mercredi 15 avril 2009 ·

Aujourd'hui, on apprend que Christian Lévesque veut se présenter à la chefferie de l'Action démocratique. Au premier abord, des citations comme celle-ci bas semblent indiquer que le candidat est pro-marché :

Alors, trop souvent, ce régime a ignoré les règles du marché, voire les notions économiques élémentaires au nom de la compassion et a misé davantage sur le partage de la richesse que de sa création, la centralisation plutôt que de faire confiance aux forces du marché là où le marché peut bien faire son travail.

Toutefois, ce même candidat - dont le parti veut abolir (avec raison) les subventions aux entreprises - veut que la SAQ offre des subventions implicites et fasse davantage d'interventionnisme économique en adoptant une politique d'achat local qui nuira aux consommateurs et aux contribuables :

Pourquoi on ne met pas en valeur le travail de nos Québécois? Pourquoi on n'a pas choisi un produit québécois, un vin, un cidre qui sont produits ici, ainsi promouvoir la qualité de nos produits? Promouvoir des vins italiens, est-ce que ça semble cohérent avec un principe d'achat local?

Est-ce qu'il comprend ce qu'il dit? Probablement pas...

2 commentaires:

steve81 a dit…
16 avril 2009 à 12:24  

Je "zappais" dimanche dernier et je suis tombé sur l'émission Tout le monde en parle... J'entends alors Patrick Huard dire que ça avait aucun sens de faire venir des poires de la Nouvelle-Zélande parce que le transport de là-bas produit des gaz à effet de serre (GES). Personne ne s'est questionné sur la quantité de GES supplémentaire requise pour les faire pousser dans notre climat. Le transport n'est pourtant qu'une partie de l'équation. On dirait que les gens oublient que l'énergie à un coût. Si on fait venir des poires de la Nouvelle-Zélande, c'est probablement parce que ça coûte moins cher que de les faire pousser ici.

Ensuite, j'entends Micheline Lanctôt dire qu'on devrait tous avoir notre potager. Personne encore pour lui dire qu'il fut une époque pas si lointaine où tout le monde cultivait sa nourriture. Au moins la moitié des gens travaillaient sur des fermes... aujourd'hui, c'est 2%. Si on a pas tous chacun notre potager, c'est peut-être justement parce que ce n'est pas efficace et que ça prendrait beaucoup plus d'énergie. Mais il faut pas trop en demander aux invités de Tout le monde en parle... ça réfléchie pas fort.

Procule a dit…
17 avril 2009 à 12:43  

L'idée d'avoir son propre potager n'est pas mauvaise. Mais de là à subvenir de cela... Je vais pousser des tomates et des piments pour le plaisir et ils sont bien meilleurs ! :)

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites