La famille et le capitalisme

vendredi 17 avril 2009 ·

Je suis tombé sur un article intéressant dans The Cambridge Journal of Economics écrit par l'économiste Steven Horwitz. Il part de la littérature produite par Friedrich Hayek en philosophie économique pour générer une explication de l'évolution de la famille.

En étudiant le marriage et la famille depuis la fin du moyen-âge, Horwitz remarque que la Révolution Industrielle a entamé une modification profonde de la structure de la famille. Alors que le marriage était - dit de manière froide - un contrat entre deux individus qui tentent de mettre leurs ressources ensemble pour mieux survivre et que les enfants étaient une assurance-vieillesse et une source de revenu, la révolution industrielle a tout changé cela. L'enrichissement crée par la révolution industrielle et l'apparition de produits qui réduisent la production "au domestique" a permis plus de libertés pour les individus en couple. C'est à ce moment, selon Horwitz, que le marriage et les enfants ont cessé de servir des utilités économiques, mais ont pris des formes émotionelles. La poursuite du bonheur de l'enfant - au lieu de l'envoyer travailler à 6 ans - a commencé à demander de moins en moins de sacrifices et le marriage a commencé de plus en plus à tenter de produire des émotions et des sentiments.

Il s'agit d'un résumé qui ne fait pas honneur à la profondeur de l'article de Horwitz, mais il soulève le point important que la révolution industrielle et la croissance économique subséquente a permis une "humanisation" de la famille au lieu de servir une fonction purement économique.

NOTE : Un résumé succint et moins académique de l'article de Horwitz est disponible ici.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites