Ca va faire!

vendredi 24 avril 2009 ·

Depuis un moment, des gens à droite se sont révoltés contre l'idée du réchauffement climatique. Certains ont même questionnés la cause du réchauffement climatique et ont décidé de faire preuve d'un argument sophistique et simpliste qui veut inclure dans le même sac les politiques économiques, l'idéologique politique et les faits scientifiques. À gauche, certains ont fait la même chose en parlant de la droite et ont fait des déclarations ahurissantes en termes de stupidité.

Alors, je veux briser avec les deux côtés du débat. Le réchauffement climatique, la littérature scientifique est claire, est causé par l'être humain. Toutefois, l'évaluation des effets du réchauffement sont à discussion.

  1. Il est difficile de ''modéliser'' l'adaptation humaine aux changements dans le climat. Par exemple, lorsque les écologistes montrent des images apocalyptiques de New York et de la Floride complétement innondé, c'est ridicule parce que ca implique que l'être humain est un abruti qui va se laisser innonder progressivement. C'est pas vrai ca. C'est ridicule d'assumer que des actions aussi peu dispendieuses que des mesures de contrôle des innondations (comme les barrières du Thames à Londres qui protègent Londres des montées du niveau de l'eau) ne seraient pas prises pour s'adapter aux pires effets du changement climatique. Alors cette partie de l'alarmisme est ridicule

  2. En second lieu, monter un modèle gigantesque pour dire que le réchauffement augmentera les incidences de malaria dans les pays en voie de développement implique que rien n'aura changé entre maintenant et le pic des effets du réchauffement. En fait, une mondialisation plus rapide permettrait probablement d'enrichir suffisamment ces pays pour qu'ils puissent combattre les effets du réchauffement sur la malaria et sur la pauvreté que certains voient augmenter avec le réchauffement. En fait, l'idée de vouloir lutter contre le réchauffement climatique pour réduire la pauvreté, la malaria, le sida ou toutes les autres raisons mises de l'avant par des groupes environnementalistes pour faire paraître plus intéressante leur cause est absurde. Si on veut vraiment réduire ces fléaux, il y a des chemins beaucoup plus efficaces!

  3. En sus, le calcul des dégâts dépend considérablement du taux d'actualisation utilisé. Il est normal qu'on préfère un dollar maintenant à un dollar demain si on peut le mettre de côté et le faire fructifier. Mais il s'agit là d'un grand débat méthodologique avec tous les côtés académiques qui ont un peu raison. Le Rapport Stern utilisait un taux d'actualisation très bas alors que William Nordhaus de Yale University utilisait un taux plus élevé parce qu'il estimait que la croissance économique permettrait à des pays de pouvoir s'enrichir rapidement et donc faire fructifier les nouvelles ressources pour qu'elles soient utilisées à d'autres fins.

Par contre, il s'agit là d'un débat de politiques publiques ou l'alarmisme n'est pas de mise. D'un bord comme de l'autre. C'est pour cela que je n'aime pas quand des gens de droite essayer de produire un scepticisme mal placé et déraisonnable pour justifier l'inaction. En sus, ce n'est pas intellectuellement honnête d'associer le fait que la terre se rechauffe avec des politiques interventionnistes pour réduire la pollution. Il est possible de réduire les émissions de gaz à effets de serre par des moyens qui impliqueraient en fait une desintervention de l'État. On ne peut penser qu'à la libéralisation des prix de l'électricité, la fin des subventions aux entreprises productrices d'énergie, la déréglementation des organismes génétiquement modifiés, laisser les entreprises automobiles faire faillite, la tarification de l'eau et la déréglementation de l'énergie nucléaire.

Je ne vois pas pourquoi des individus se mettent à dire que le réchauffement n'est pas causé par l'être humain. J'ai beau chercher dans les journaux scientifiques, mais aucun article de cet opinion de moins de 5 ans n'existe. Le vrai débat sur le réchauffement climatique, c'est comment des groupes environnementalistes proposent des solutions ridicules, dispendieuses et probablement inefficaces qui impliquent nécessairement l'État au lieu de laisser les forces du marché agir. Il s'agit d'un débat sur les bonnes politiques publiques à appliquer.

9 commentaires:

Philippe David a dit…
24 avril 2009 à 06:58  

Bjorn Lomborg est honni depuis des années pour avoir osé proposer des arguments similaires.

LP Bolduc a dit…
24 avril 2009 à 07:36  

Wow!

C'est la seule chose qui me vient en tête après avoir lu cet article!

Très content de voir les propos qui sont mentionnés ici. Je dois admettre qu'il est plutôt rare par contre de voir des articles de la sorte sur des blogues ou publications dites à droite. C'est dommage, car tu n'es pas le seul ( j'en suis sûr) à penser ainsi et si ce type de discours prendrait plus de place, le discours environnemental ne s'en porterait que mieux!

Comment peut-on réellement vouloir mobiliser du monde à une cause lorsque celui-ci est seulement mener de front par une seule mentalité? Bonjour le débat d'idée!

Jean-Paul a dit…
24 avril 2009 à 08:19  

Vincent, moi aussi je t'approuve. Ta position montre que tu acceptes d'être nuancé et que tu n'adoptes pas d'emblée tout ce que la droite propose. Cela montre un discernement certain qui t'honore.

Tu sembles avoir cherché des thèses contre le réchauffement climatique. Ce n'est pas tout à fait scientifique, mais si tu veux, tu peux jeter un oeil sur:
http://video.google.com/videoplay?docid=-4123082535546754758&hl=fr

D'autre part, toutes les informations qui sont ordinairement données concernent l'Arctique dont les glaces atteignent un plancher historique. Mais de l'autre côté de la planète, c'est le contraire qui se produit: les glaces de l'Antarctique sont à la hausse! Tu peux le vérifier à:

http://nsidc.org/data/seaice_index/archives/image_select.html

(Mets Hemisphere Southern et Antarctic, Monthly)

Pour ma part, je me rallie au consensus du réchauffement anthropique, mais je me garde une certaine réserve...

Jean-Paul a dit…
24 avril 2009 à 08:21  

Ah, et j'oubliais: concernant Lomborg, j'adore ce vidéo:

http://www.ted.com/index.php/talks/bjorn_lomborg_sets_global_priorities.html

Guillaume a dit…
24 avril 2009 à 17:34  

Je suis tout à fait d'accord avec toi.

Mais sois prêt à te faire tirer dessus de tous côté par nos confrères de la droite qui refusent d'accepter les faits véritablement scientifiques et préfèrent se morfondre dans la "popscience" qui leur donne supposément raison.

Anonyme a dit…
24 avril 2009 à 17:34  

«Le réchauffement climatique, la littérature scientifique est claire, est causé par l'être humain.»

Rien de plus faux! Il y a aussi un fort consensus qui dit le contraire, et tu es bien au courant Vincent. Je ne sais pas pourquoi tu joues à vise le «lecteur médian». T'apprêtes-tu à te lancer en politique?

Anonyme a dit…
24 avril 2009 à 20:41  

"T'apprêtes-tu à te lancer en politique?"

Vincent Geloso annoncera bientôt sa candidature à la chefferie de l'ADQ. Un groupe Facebook a d'ailleurs été créé en appui à sa candidature.

Vincent Geloso a dit…
25 avril 2009 à 01:00  

absurdités, je m'apprête à quitter pour Londres pour terminer une maîtrise et ensuite un doctorat. Too bad

Guillaume a dit…
25 avril 2009 à 09:20  

"Rien de plus faux! Il y a aussi un fort consensus qui dit le contraire, et tu es bien au courant Vincent. Je ne sais pas pourquoi tu joues à vise le «lecteur médian». T'apprêtes-tu à te lancer en politique?"

Et voilà! Je l'avais prédit!

En voilà un qui sort des théories issues de magazines "popscience" et de vulgarisation, alors qu'aucune organisations ou publications réellement scientifiques ne doutent que le réchauffement planétaire est à la fois réel et causé par l'Homme.

Il n'y a certes pas concensus au sein de la population, des politiciens, des chroniqueurs scientifiques et des magazines de vulgarisation. Mais il y a concensus au sein du monde scientifique.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites