Vincent : Le Budget 2009

samedi 21 mars 2009 ·

Premièrement, vous m'excuserez pour le délai pour poster sur le budget, j'étais en congé à Sherbrooke pour voir des amis et j'ai refusé de lire des journaux question de déconnecter de la politique quelques jours.Alors voici ma réponse constratée avec celle de Bryan :

  1. Déficit de 4 milliards : Contraitrement à Bryan, je suis fortement opposé à l'idée d'un déficit. Malgré la loi sur le déficit zéro, le Québec est en déficit et rien n'a été fait pour le réduire. Par ailleurs, je ne comprend pas pourquoi le gouvernement devrait présenter un déficit alors que tout le monde se serre la ceinture dans le secteur privé. En fait, le gouvernement du Québec fait exactement le contraire, il accroît le rhytme de croissance des dépenses. Le gouvernement a tristement cette mentalité de ne jamais penser à réduire la taille de l'État et d'effectuer une revue systématique des dépenses. Par exemple, pourquoi avons-nous besoin d'un secrétariat à l'allégement réglementaire? Des fonctionnaires qui travaillent dans une bureaucratie pour réduire la bureaucratie? Non, je m'excuse, mais le Québec a vécu au délà de ces moyens pendant longtemps et maintenant il continue de vivre au dessus de ses moyens en se permettant un vrai déficit (au lieu d'être des déficits hypocrites grâce à l'imagination comptable.
  2. Absence de plan de relance : Comme Bryan, je suis content de voir l'absence d'un plan de relance. Toutefois, je suis très désolé que le programme RENFORT pour l'industrie forestière demeure en vie. Depuis des décennies, cette industrie est aidé par le gouvernement et a décidé de dépendre d'une monnaie faible au lieu d'augmenter sa productivité, modifier ses structures et revoir ses stratégies. Les choses auraient pu être pire.
  3. TVQ et hausses de tarifs: J'ai aussi été vraiment surpris, mais je suis déçu que ces hausses ne soient pas accompagnées par des baisses d'impôts sur les revenus et les bénéfices des sociétés. Le but, pour moi, n'est pas d'augmenter les revenus du gouvernement pour assurer un déficit zéro, c'est de changer la structure du financement de l'État et couper les dépenses pour assurer un équilibre budgétaire.
  4. Épargne pour les entreprises : Je déteste que l'État offre du financement aux entreprises, c'est tout simplement une forme de subventions et de sélection d'entreprises sur les marchés. Pourquoi offrir du financement à des entreprises, les marchés financiers sont là pour ça? En quoi l'État est mieux qualifié que des banques, des investments banks, des hedges funds, des ventures etc pour financer des entreprises?

Je suis assez déçu de ce budget, c'est vrai qu'il aurait pu être pire.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites