Pendant ce temps...

vendredi 6 février 2009 ·

...à Dublin, le gouvernement de Brian Cowen maintient qu'il faut assurer une discipline fiscale et décide donc de tout faire pour éviter un déficit et une compression des dépenses est donc en cours. La même chose s'applique à Varsovie avec le gouvernement Polonais qui sabre massivement dans les dépenses.

Le cas de l'Irlande est intéressant. Une petite économie ouverte et libéralisée, l'Irlande est assujettie aux tendances internationales et posséde un pouvoir limité d'influence. Considérant le haut degré d'ouverture économique du pays, des subventions à des industries exportatrices consisterait à subventionner la consommation ailleurs et donc le "stimulus" perd de l'efficacité. À mon avis, l'Irlande ressemble considérablement au Québec quant à l'ouverture économique et il est clair qu'un grand déficit comme celui que Jean Charest évoque serait probablement peu efficace, voire néfaste. La seule certitude qu'on aurait face à un tel déficit, c'est que la dette augmentera.

Cet argument quant à l'ouverture économique s'ajoute à mon scepticisme quant à l'efficacité des plans de relance par investissement dans les infrastructures. Je ne crois pas non plus à l'effet des baisses d'impôts temporaires(elles doivent être permanentes et accompagnées de coupure dans les dépenses) et je ne crois surtout pas aux subventions à des secteurs particuliers pour stimuler l'emploi.

2 commentaires:

Gilles Laplante a dit…
6 février 2009 à 07:54  

Ce qui est intéressant dans le cas de l'Irlande, c'est que leur gouvernement admet implicitement que ces dépenses étaient inutiles. Vous n'arriverez jamais à faire admettre ça à nos politiciens.

Vincent Geloso a dit…
6 février 2009 à 08:10  

Good point :P

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites