Non Elgrably n'est PAS une économiste

jeudi 12 février 2009 ·

Je me suis déjà plaint plusieurs fois des personnes se déclarant économistes, tel Léo-Paul Lauzon de l'UQAM. Voici que Nathalie Elgrably se reproclame économiste! J'en ai marre. La déclaration de ce groupe d'univeristaire commence par:

À titre d’économistes, nous aimerions avertir nos concitoyens de l’inefficacité d’un gonflement des dépenses publiques contre la récession en cours.

Non non et non, Elgrably ne peut pas signer une déclaration commençant par "à titre déconomiste", pour deux raisons (que ce soit clair, je ne dis pas légalement ou selon les règles d'un quelconque ordre professionnel, je parle apr intégrité intellectuelle):

1. Elle a pas de doctorat. Je suis désolé mais pour moi, économiste ça prend un doctorat. Je ne fais pas mon élitiste ici, c'est juste un fait à mes yeux. Tout comme une infirmère n'est pas médecin.

2. En plus sa maitrise est en gestion au HEC! Cela n'a rien à voir avec la science économiste.

Alors svpl madame Elgrably, retirz-vous de cette liste à laquelle vous n'appartenez pas.

15 commentaires:

louisp a dit…
12 février 2009 à 17:48  

maîtrise en science économie c'est en masse pour être un "économiste".
En général, le secteur privé utilise des gens avec une maîtrise à titre d'économiste. Sauf peut-être certaine boître privée.
Et en plus probablement un de meilleur économiste que j'ai connu était l'ancien économiste en chef de la Banque Nationale. Il état incroyablement fort surtout dans ces "forecast". Et il avait "seulement" une maîtrise. Mais je te l'accorde, un MBA ou un titre comptable ne devrait pas te donner le titre "économiste".

steve81 a dit…
12 février 2009 à 18:08  

"Économiste" n'est pas un titre réservé au Québec. Il n'y a pas d'Ordre professionnel des économistes (voir le Code des professions). Donc, n'importe qui peut s'auto-proclamer économiste.

Bryan Breguet a dit…
12 février 2009 à 19:07  

oui, comme je le disais! Merci Steve de correctement lire mes posts lol Je parlais d'intégrité intellectuelle. Elgrably n'a rien à faire dans ce groupe.

louisp a dit…
12 février 2009 à 19:36  

eh non, je répondais à ce commentaire très précis: "Je suis désolé mais pour moi, économiste ça prend un doctorat."

Bryan Breguet a dit…
12 février 2009 à 20:00  

Je parlais pas à toi Louis! lol Je répondais à Steve. Je suis partiellement d'accord avec toi, une maitrise avec expérience peut à la limite etre suffisant, mais je n'appelerais pas tous les diplomées de maitrise des économistes

Nicolas A. Bérard-Nault a dit…
13 février 2009 à 05:46  

Je suis d'accord avec Bryan Breguet ici. Même si on peut se prétendre économiste avec un secondaire V, c'est un gros manque d'éthique de le faireé. J'irais même jusqu'à dire -surtout- après 90 crédits universitaires; plus on apprend, plus on est apte à constater notre inaptitude dans un domaine.

Frankyb a dit…
14 février 2009 à 09:36  

Vous avez raison, elle n'y connaît absolument rien. Elle ne fait que suivre et enseigner l'économie depuis 1992.

Je vais me faire l'avocat de mon alma mater: le HEC offre d'abord et avant tout une formation de généraliste, axée sur le monde des affaires plutôt que la théorie. C'est pourquoi les diplômes décernés en sont de généralistes, d'où le titre du diplôme de M Sc. Gestion. Toutefois, les étudiants sont aussi appellés à se choisir une spécialisaton, dont entre autres l'économie appliquée, comme dans le cas de Mme Elgrably. Ces diplomes n'en sont pas moins reconnus par les employeurs et autres universités, c'est même un plus puisqu'il s'agît en fait d'une double formation (généraliste et spécialiste).

Désolé, mais votre argument du "doctorat minimum" est fallacieux et élitiste. Selon un tel argument, Bill Gates ne devrait pas se prononcer sur la gestion d'entreprise car ce dernier n'est qu'un "college drop-out"!

C'est bien de regarder les diplômes, mais le plus important c'est de regarder ce que la personne a fait et ce qu'elle dit.

Christian a dit…
14 février 2009 à 13:28  

Les économistes comme Elgrably savent écrire «Je me suis déjà plaint...», au lieu d'écrire «Je me suis déjà plein..»
Avant de songer aux critères au niveau du doctorat, essayez de réussir l'écriture de niveau secondaire.
ch

Bryan Breguet a dit…
14 février 2009 à 14:49  

Elgrably ne suit pas et n'enseigne pas l'économie. Elle ne fait que recracher, sur toutes les tribunes, les mêmes concepts qu'elle a dû voir dans un cours de bacc, du style: libre marché=efficacité. Elle n'a même pas vraiment d,expérience de recherche scientifique. Au milieu de cette liste de "vrais" économistes, elle n'a juste pas sa place. J'ai un ami qui a déjà travaillé pour elle, pour faire un peu de recherche, et c'était juste hallucinant comment elle était poche.
Quant au diplôme, je ne critique pas le HEC, je dis juste que ca ne permet pas de signer un texte en tant qu'économiste. Oui je suis p-e élitiste, mais je me tape 10 ans d'université, dont 5 ans de doctorat, pour avoir le privilège de me considérer comme économiste. Comme tu le dis, les diplômes sont basés sur le monde des affaires, pas sur la science économique. Pour pouvoir se prononcer sur un "plan de stimulus", la seconde est certainement nécessaire. Je ne vais pas m'improviser business man sous prétexte qu'on en a parlé dans 2 de mes cours et que j'ai été gérant d'un mcdonald's quand j'étais jeune, par simple intégrité. Bill gates a de l'expérience, et anyway, gérer une entreprise n'est pas vraiment une science au même titre que la science économique ou politique. Si Elgrably avait prouvé par le passé être capable de faire de la recherche en économie, je n'aurais pas écrit mon post. Encore une fois, simplement car une infirmière vous a soigné à l'hopital ne fait pas d'elle un médecin.

Donc pour conclure: j'ai vu et lu ce qu'Elgrably dit et écrit, et je persiste et signe: elle n'est de loin pas une économiste, point.

Quant à Christian, bah, fair enough. Je vais corriger. Après, si tu as d'autres arguments, plus détaillés et valides, comme ceux de Franyb par exemple, cela me ferait plaisir de les lire.

louisp a dit…
14 février 2009 à 16:30  
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
louisp a dit…
14 février 2009 à 16:33  
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…
14 février 2009 à 16:51  

Témoignage de l'ami qui a travaillé pour Elgrably( bref moué):

Elgrably est une excelletente vulgarisatrice économique. Elle explique très bien les bases de la science éco. et la concept du coûts d'opportunité. Je la considère comme une excellente pédagogue.
Mais malheureusement, elle n'est pas une "fan" des faits. Lorsque j'avais travaillé pour elle, les données contredisaient totalement et sans aucune doute l'hypothèse de sa "recherche". En fait, la relation était inverse et même très évidente. Bof...des faits...à quoi servent-ils?? Non seulement, a-t-elle publié sa "recherche" pour l'IEDM, mais elle a continué à soutenir la même thèse en utilisant des graphiques douteux et des statistiques "cherry-picked". En fait, elle n'est pas économiste, elle est lobbyiste.
Je l'accorde en personne elle est beaucoup moins dogmatique, mais son argumentaire reste basé uniquement sur les courbes d'offre et demande...et ne tient aucunement compte de tout ce que l'on sait des comportements des gens et également de la théorie des jeux. (et des faits...si vous avez la chance d'écouter un ancien épisode de Christianne Charette où elle disait d'énormes faussetés sur le système de santé américain et canadien..ça vaut la peine)

Je dois également donner raison à Bryan pour une chose. Si vous n'avez pas eu un cours de macroéconomie de phd(que le cours ait été pris au niveau maîtrise, ou sur le marché du travail..j'imagine que la banque du Canada forme leurs nouvelles recrues), vous ne serez pas capable de comprendre un article scientifique en macroéconomie théorique depuis les années 90. Il n'existe tout simplement pas de cours à mi-chemin entre les deux. Donc, lorsqu'elle se prononce sur de la macro c'est soit d'anciens résultats ou elle à lu les abstracts et les conclusions sans comprendre comment les résultats ont été obtenus.

D'ailleurs j'avais eu une conversation hallucinante avec un des collègues de l'IEDM de Elgrably, où le collègue en question affirmait que l'économétrie était en fait un complot des keynésiens(c'est le boogyman de l'IEDM) et que tout ce qu'on avait vraiment besoin pour comprendre l'économie était les courbes d'offre et de demande. Dans l'espoir que Mme Elgrably ne partage pas complètement l'opinion du collègue.

Frankyb a dit…
14 février 2009 à 17:46  

(Vraiment désolé si le msg apparaît plusieurs fois, j'ai de la difficulté à publier le commentaire)

Hummm.. je l'ai eue comme professeure d'analyse macroéconomique il y'a de cela quelques années déjà. J'imagine donc que d'affirmer qu'elle "n'enseigne pas l'économie" est plus une forme de style qu'un énoncé factuel.

Je ne connais pas ses travaux, n'ai jamais consulté ses recherches, ni n'ai travaillé personnellement avec elle. Je ne peux donc pas vraiment me prononcer sur la qualité de son travail. Je n'irai pas non plus jusqu'à me prononcer sur le contenu en "sciences économiques" du programme de M Sc. du HEC comparé aux programmes offerts dans les autres universités, mais je garde l'impression qu'il est plutôt pertinent. Vous êtes surement mieux placé que moi pour juger. http://www.hec.ca/programmes_formations/msc/options/economie_appliquee/index.html

Toutefois, je trouve ces textes généralement intéressants. Ces arguments rejoignent ma vision, plutôt libertarienne, de l'économie. Ce n'est pas la seule personne qui adopte cette vision. Il y'a des arguments pour, il y'a des arguments contre.

Mais de là à discriminer la formation donnée par une école reconnue internationalement et la compétence de la personne même parce que l'on est pas d'accord avec ces idées... ça m'apparaît un peu "ad hominem" non ? Ça serait aussi traiter un peu d'incompétents, par la bande, ses collègues et supérieurs, dont plusieurs ont justement des Ph. D en économie, qui continuent à lui faire enseigner l'économie malgré tout...

Ceci dit, je sympathise avec vous, c'est fachant de voir que l'opinion de M Mme tout le monde sur tous les sujets a autant de valeur que l'opinion éclairés de gens qui ont passés 10 ans à étudier la question et en ce sens, je crois qu'une petite dose d'élitisme ne ferait pas de tort à notre merveilleuse société égalitaire. Mais dans le cas d'Elgrably, je crois que vous faites fausse route. Peut-être selon vous n'est-elle pas une "bonne" économiste, ça reste une économiste quand même.

Bryan Breguet a dit…
14 février 2009 à 18:17  

Oh en fait, du point de vue idéologique, je suis en fait assez proche d'elle. La différence entre elle et moi, et entre elle et n'importe quel vrai économiste, c'est que je commence pas mes recherches en voulant arriver à un résultat précis. Cela s'appelle la science et cela prend une formation pour en faire, formation que madame Elgrably ne possède pas. On peut facilement vérifier cela juste en regardant ses travaux qui sont trop fortement teintés de son idéologie. Comme l'a dit le commentaire précédent, elle se fout des "faits", si elle fait de l'économétrie (statistique si vous préférez) et que les faits vont à l'encontre de sa théorie et de ses idées, elle va juste modifier les ignorer. Prenons un exemple très simple: on veut savoir si les pays avec un gouvernement plus important ont des taux de croissance plus faible. Si l'on prends tous les pays de l'OCDE, on ne trouvera pas vraiment de relation. Mais une personne comme Elgrably sélectionnera les pays pour lesquels cela fonctionne (ce genre de recherche prédéterminée est d'ailleurs typique de l'IEDM).

Quant à ses supérieurs qui lui font enseigner l'économie, madame Elgrably est chargé de cours, et probablement car elle est très bonne en réseautage. Enseigner des cours obligatoires de bacc n'est pas particulièrement exigeant, tu suis le manuel et voilà, tu montres la tite courbe d'offre et la tite courbe de demande. Pour cette job, en fait Elgrably est probablement plus qualifiée qu'un ph.d de Yale que ca emmerdera d'enseigner cela lol (Elgrably est bonne vulgatrice, cela a été mentionné plus haut). Dans cette optique, je pourrais donner un cours de science po, mais pas avoir le titre de politologue. Encore une fois, simple question d'intégrité.

La question au final n'est pas de déterminer si Elgrably a "raison" ou est une "bonne" économiste. Le fait est qu'elle n'est pas une écononomiste et qu'elle n'a pas la formation pour faire de la recherche. Elle ne peut en aucun cas signer un manifeste contre les stimulus. Comme l'a très bien dit le commentaire précédent, cela prend des cours très avancés et très compliqués (la macro moderne n'a rien à voir avec la macro de bacc). Elgrably est une bonne chroniqueuse économique et une bonne oratrice, c'est tout. Cela ne signifie pas qu'elle est inférieure à un économiste, juste différente.

Jimmy St-Gelais a dit…
16 février 2009 à 09:03  

Je me méfie des titres pompeux de « doctorants » que cela soit en économie ou en autre chose.

On peut être le plus diplômé possible, cela ne garantit pas la compétence ou le bon jugement et cela dans tous les domaines.

Pour ce qui est d’Elgrably, j’ai pondu de nombreux billets concernant ses chroniques biaisées et propagandistes et je crois parfois avoir visé juste. Et je ne me prétends pas économiste….mais seulement une personne s’intéressant à l’économie.

http://pourquedemainsoit.wordpress.com/2009/01/17/donnons-une-chance-aux-idees-de-nathalie-elgrably/

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites