La reprise aprés la seconde guerre mondiale

vendredi 30 janvier 2009 ·

Alain B. de Émerillon a posté un commentaire qui mérite une réponse exhaustive. J'ai mentionné hâtivement que la reprise économique aux États-Unis avait clairement débuté à la suite de la seconde guerre. Selon Alain, avec la vague d'application des politiques keynésiennes pendant la guerre, il est normal que la reprise ait eu lieu ensuite.

Premièrement, je ne vois pas en quoi les politiques pendant la guerre ont contribué à la reprise économique. L'État s'attribuait prés de deux tiers de l'économie américaine pour financer son effort de guerre. C'est vrai que l'activité a reprise, mais celle-ci doit être distinguée de la croissance. La situation de guerre a fait en sorte que l'État a appliqué un ensemble de réglementations sur les prix, la concurrence et le commerce pour s'assurer d'avoir toutes les ressources pour gagner la guerre. Toutefois, les ressources étaient redirigés vers l'effort de guerre, rien de plus. Une illustration de cela serait les rations qui étaient chose courante pour la population civile. Des rations pour le lait, le pain, la viande(en grammes parfois). Des rations pour l'essence, des lignes d'attente, de la discrimination privée. Ce sont tous des mécanismes de ménagement de l'offre qui n'était pas suffisante pour satisfaire la demande. Le marché ne pouvait aisément se corriger puisque la majeure partie des ressources passait pour l'État, donc le rationnement existait. Ce n'est pas de la croissance économique.

Ce qui m'améne à ma seconde objection, suite à la guerre, l'État s'est retiré massivement de l'économie et a libéré des ressources pour le secteur privé. Cela a contribué à faciliter l'accés à plusieurs ressources autrefois dispendieuses pour le secteur privé. L'article cité ici de Robert Higgs dans The Journal of Economic History est probablement le plus intéressant quant à la question. Le plus important, c'est qu'à la fin de la guerre la grande majorité des commissions de gestion des prix ont été soulevées et les baisses dans la consommation réelle, l'investissement privé et l'épargne privée ont été renversés. C'est un peu comme cela que la reprise économique d'aprés-guerre s'est effectuée.

3 commentaires:

PiLuc a dit…
30 janvier 2009 à 10:02  

Je soumets l'idée à tout hasard: est-ce que la diminution de la consommation des ménages pendant la guerre n'a pas pu jusqu'à un certain point contribuer à la croissance économique? Des individus qui consomment moins et qui travaillent plus, cela facilite forcément une hausse des exportations et donc une reprise de l'économie.

Vincent Geloso a dit…
30 janvier 2009 à 10:57  

Non. Tout simplement parce qu'à l'époque, il y avait une guerre des tarifs et le niveau des tarifs moyen a augmenté de manière considérable. C'est d'ailleurs aprés cette ére qu'on considére que la première vague de mondialistation a clairement pris fin.

Par ailleurs, la diminution de la consommation des ménages à l'époque était le résultat d'une diminution dans le niveau de production et une hausse du chômage.

David a dit…
30 janvier 2009 à 18:58  

Comme Robert Higgs l'a bien décrit, la 2e guerre n'a pas relancé l'économie américaine. Durant la 2e guerre c'était la misère simplement parce que les moyens de production n'était pas dédier à augmenter le niveau de vie.

Une usine de voitures qui produisait des tank Sherman n'avait aucun output valable pour la société. ce n'est pas un hasard si durant la 2e guerre on a imposer un rationnement.

http://www.econtalk.org/archives/2008/12/higgs_on_the_gr.html

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites