Enfin un sondage!

jeudi 4 décembre 2008 ·

Hey oui, Crop-La Presse nous fournit enfin un sondage. Les projections ont été mises à jour., et oubliez les fameux sondages internes du PQ. Jean Charest va pouvoir profiter d'une majorité écrasante au Parlement et Pauline Marois risque d'avoir un mauvais moment à passer au prochain congrès du PQ. Quant à Dumont... Bah Dumont devra quitter de toutes manières (à moins bien sûr que comme le pensent les adéquistes, les sondages sous-estime cette formation de 45 points...).

Remarquez qu'à 11 points, les "petites formations" du Parti Vert et de QS réaliseraient un score historique. Avec un tel score (et le PQ au même niveau qu'en 2007), QS est tout proche de prendre Mercier! Une sortie de vote efficace dans ce comté pourrait donner son premier député à cette formation. Ce sera d'ailleurs probablement le seul suspense lundi soir...

20 commentaires:

Fred a dit…
4 décembre 2008 à 21:44  

Honnêtement, je m'attendais à tout sauf à une autre montée du PLQ. J'ai hâte de voir le Léger Marketing qui devrait sortir ce week-end pour voir si le tout se confirme.

Bryan Breguet a dit…
4 décembre 2008 à 22:01  

Et imagine Fred, le sondage ne tient même pas vraiment compte du probable faible taux de participation (quoique la crise à Ottawa a réveillé un peu les gens). Le PLQ pourrait s'approcher des 50%...

Jean Charest, 3 mandats de suites, et 50% des voix...

Fred a dit…
4 décembre 2008 à 22:46  

Hep, la preuve que ce que les gens veulent c'est pas vraiment quelqu'un qui gouverne mais bien quelqu'un qui ne fait rien. Le moins visible possible, le moins de bruit possible, le moins de prise de position possible, etc..

Carl Vallée a dit…
4 décembre 2008 à 23:25  

En espérant que ce ne soit pas un retour au bipartisme...

Bryan Breguet a dit…
5 décembre 2008 à 00:13  

Oui ça me fait rire, car à chaque que l'on voit des reportages sur le cynisme en politique, on entend les gens dire: c'est tjrs la même chose, les politiciens ne font rien... on voudrait du nouveau, des projets de société... blablabla

Mais dans les faits, les gens ne veulent qu'un gouvernement qui administre et qui ne les dérange pas dans leur petite vie.

Bryan Breguet a dit…
5 décembre 2008 à 01:22  

Carl, à 16 points d'avance et 82 sièges pour le PLQ, ce n'est pas un retour au bipartisme, c'est le début de l'unipartisme au Québec lol

Non je suis confiant qu'un parti (je dis bien un) prendra la place de l'ADQ sur l'échiquier et parviendra à au moins attirer, sur une base stable, 20-25% des votes.

Carl Vallée a dit…
5 décembre 2008 à 01:29  

Si cela se produit, ça va prendre beaucoup de temps. C'est long repartir à neuf.

Carl Vallée a dit…
5 décembre 2008 à 01:32  

Mais j'ai confiance qu'on puisse créer l'Alliance québécoise un jour, Bryan :D

Fred a dit…
5 décembre 2008 à 04:29  

Je dis ça de même, mais faudrait pas se surprendre qu'advenant le départ de Mario Dumont, le parti change de nom et devienne quelque chose comme "Parti conservateur du Québec". Mon avis. Je pense aussi que QS va prendre une place plus importante tout en demeurant marginal, mais un 7-8% de votes peut-être..

Thomas a dit…
5 décembre 2008 à 06:20  

Il faudrait au moins que l'ADQ enlève la partie Équipe Mario Dumont de son nom officiel...

Vive les Dumontistes! Eux ne croient pas aux sondages de toutes façons, c'est une méthodologie occulte indéniablement biaisée.

Dominique a dit…
5 décembre 2008 à 06:53  

Je suis nouveau, et j'aime bien votre blog. Avez-vs remarquez la lutte serré dans Charlevoix ? Étant moi même de cette région, je ne serait pas surpris de voir le PLQ ce faire élire dans cette circonscription. On verra bien lundi.

Carl Vallée a dit…
5 décembre 2008 à 09:10  

Je suis d'accord avec toi, même que l'ADQ aurait dû enlevé "Équipe Mario Dumont" pendant son séjour en tant qu'opposition officielle, question de démontrer, même symboliquement, que ce n'est plus le parti d'un seul homme.

Par ailleurs, ce ne serait pas une bonne idée de s'appeler "Parti conservateur du Québec". Je suis moi-même conservateur, mais je crois que les gens accuseraient le parti d'être le "petit frère" du parti fédéral, ce qui irait exactement à l'encontre de l'esprit autonomiste ou nationaliste que ce parti devrait incarner (comme tous les partis "bleus" dans le passé).

Alex Forest a dit…
5 décembre 2008 à 09:48  

J'ai une petite critique de ta méthodologie, Bryan... Juste une toute petite je te jure... Comment se fait-il que dans Shefford, tu donne le PLQ solidement gagnant (41% vs 21%) alors que, dans les faits, nous sommes en avance de 9 points (référence : http://www.cyberpresse.ca/la-voix-de-lest/actualites/200812/05/01-807613-ladequiste-tient-le-coup.php)
As-tu une raison? Peut-être juste une petite erreur qui s'est glissée... Tu me comprendras, j'aimerais bien qu'il y en ait au bien d'autres de ces petites erreurs... ;-)

Carl Vallée a dit…
5 décembre 2008 à 10:12  

Je ne crois pas que la méthodologie de Bryan tienne compte de l'effet "j'aime mon député" qui est d'ailleurs totalement imprévisible. J'ai l'impression que l'ADQ a plus de chances d'avoir 12 députés que 20%.

Bryan Breguet a dit…
5 décembre 2008 à 10:41  

Exactement. Dans Shefford, l'ADQ avait eu 42% en 2007 contre 27% pour le candidat libéral. Depuis lors, l'ADQ a perdu 15 pointset le PLQ en a gagné 12, alors mon modèle ne peut objectivement projeter l'ADQ gagnante dans ce comté (en particulier que le PLQ n'ait pas augmenté...). Il s'agît clairement d'un effet local. De plus, je ne fais pas particulièrement confiance dans les sondages par comté, mais nous verrons, c'est typiquement la seule chance pour l'ADQ de conserver des députés, autrement dit, de résister grâce à des effets locaux.

Patrick Lemieux a dit…
5 décembre 2008 à 10:55  

Bryan, ton modèle tient-il compte du cas de Drummond, où le candidat péquiste a échoué l'alcotest et s'est fait pincer? :-P

Anonyme a dit…
5 décembre 2008 à 10:56  

La rumeur dit que Léger Marketing aurait un écart de 4 ou 5 points entre le PLQ et le PQ. Est-ce possible que deux sondages soient aussi loin l'un de l'autre?

Alex Forest a dit…
5 décembre 2008 à 11:08  

Merci de me rassurer, Bryan! Je pense sincèrement que l'effet local peut nous permettre d'aller chercher une douzaine de députés... Et en réponse à Patrick Lemieux : c'était l'agent d'Éric Lapointe... qui se ressemble s'assemble dit-on!

Bryan Breguet a dit…
5 décembre 2008 à 18:28  

Et Alex, j'ai surtout oublié de dire: mon modèle fait des erreurs, il ne prédit pas 102% des comtés justes comme le modèle de HKDP... llol

Pour l'anonyme, oui c'est possible, peu probable mais possible. Surtout que je ne trust pas bcp Crop, je l'avoue.

Francis Beausoleil a dit…
7 décembre 2008 à 15:04  

Moi, je trouve qu'il faut nous séparé de ce boufon de Dumont. Franchement, il peut bien chialer contre les péquistes et les libéraux, mais il n'a jamais gouverner! Les Québécois lui ont donné une chance en 2007, ils se sont trompés. Pauline Marois ne fait guerre mieux. Elle met la souverainté de côté mais affirme avoir les mains liées par la cause souverainiste. Ce débat est clos depuis 1995. Jamais deux (revers) sans trois. Par ailleurs, vivement une majorité pour Charest. Un bon programme en infracstructures et pour l'économie, pas une coquille vide. Le nouveau slogan de Charest;
L'économie d'abord, OUI
La majorité j'adore, AUSSI
Vive le PLQ

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites