Quand est-ce que tout a commencé?

mardi 18 novembre 2008 ·

Je veux parler de la chute de l'ADQ? D'après moi, les premiers signes que l'ADQ allait dévier de sa trajectoires sont apparus très tôt après l'élection de 2007. Tout d'abord, lorsque Dumont a fait sa sortie contre le prochain budget en disant, en gros "nous sommes l'opposition de sa Majesté, nous votons contre"... Ensuite, et Vincent est d'accord avec moi, au moment du débat sur l'attribution du nombre de questions à l'assemblée nationale. L'ADQ, au lieu de montrer qu'elle voulait justement faire les choses autrement, aurait pu dire au PQ: vous nous aviez limité à 1 question, même si nous avions prêt de 20% des voix. Nous, à l'inverse de vous, nous allons vous accorder une juste part des questions. Mais l'ADQ a préféré tenter de se venger en voulant limiter le PQ à une question par semaine! Pourtant l'ADQ aurait vraiment pu en profiter pour apparaître comme différente (et en même temps, possiblement exiger des excuses du PQ). Par la suite, l'ADQ n'a quasiment pris que de mauvaises décisions (opposition à la réforme démocratique à Ottawa, plein de propositions gauchistes, etc) pendant de longs mois.

Donc nous avons vu très rapidement qu'au fonds, l'ADQ ne ferait pas les choses autrement, ne changerait rien. Mais je suppose que si l'ADQ se retrouve à nouveau sous les 20% cette fois-ci, ce parti va soudainement retrouver un appétit pour le changement, en particulier pour le mode de scrutin.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites