Question de représentativité

mardi 18 novembre 2008 ·

Le Suburbain lucide nous fait part du fait qu'il considère comme important qu'un député ait un certain niveau de scolarité. Cela va de soit, nos élus ne sont pas là que pour serrer des mains lors de souper spaghetti, mais bel et bien pour étudier des projets de lois complexes en commissions.

J'ajouterai cela au post du suburbain: si nous tenions vraiment tant à avoir une représentativité parfaite de la population, avec un ratio de députés sans secondaire V, touchant de l'aide sociale, etc, nous ne ferions pas des élections, mais un tirage au sort!

Eh oui, en tirant au sort parmi tous les citoyens québécois, nous aurions une juste représentation (si le tirage est aléatoire), ainsi nous aurions 50% de femmes par exemple. Mais nous ne le faisons pas car nous avons décidé que la compétence importait.

5 commentaires:

LBII a dit…
18 novembre 2008 à 18:18  

Je te sens sarcastique, Bryan!

Ce que je crois, c'est que quelqu'un avec un peu de scolarité a en général:
1- Une meilleur allure quand vient le temps d'avoir l'air intelligent.
2- Une meilleure capacité d'analyse sur les dossiers qui lui sont présenté
3- Une spécialisation qui peut être utile dans une commission parlementaire.

Je crois fondamental le fait que n'importe qui puisse se présenter à une élection, mais je crois aussi que entre un commis de dépanneur et un doctorant en économie, je préfère le deuxième choix! Et je souhaite qu'il y ait le plus possible du deuxième choix à l'Assemblée nationale.

Je trouve ça dommage. Je viens de publier ma petite recherche sur l'influence des appuis adéquistes et libéraux provinciaux aux conservateur et leur influence sur le vote, et puis là au lieu que Vincent fasse le lien là-dessus tel que convenu hier, c'est quoi qui fait du sarcasme sur mon compte, je suis un peu déçu :P Mais bon, un peu de pub, on ne dit jamais non à ça!

Le Rapport Minoritaire a dit…
18 novembre 2008 à 19:26  

LBII, je pense que Bryan n'est pas si en désaccord avec toi que tu le penses...

Bryan Breguet a dit…
18 novembre 2008 à 20:51  

LBII, je suis totalement en accord avec toi! Je trouvais que tu avais un bon point et je voulais juste rajouter quelque chose, c'est tout.

Je checkerai ton étude, je n'avais pas vu.

LBII a dit…
18 novembre 2008 à 21:53  

Ah, alors j'ai vraiment mal lu ce que tu voulais dire! Je dois dire pour ma défense que nous avons étudié aujourd'hui dans mon cours de Cadre institutionnel de l'urbanisme les jury citoyens de Berlin. Tu sais comment ils choisissent ces "jury" qui sont en réalités de petit gouvernement qui gèrent de vrais programmes? Par tirage au sort! Je te jure! Ils te pigeaient et toi et d'autres gens aviez la possibilité de gérer 500 000 euros par année!

On rit en disant qu'on pourrait piger les députés, mais Berlin le faisait...

Ce doit être ce cours aujourd'hui, fort déstabilisant, qui m'a fait mal comprendre le sens de ton message!

Bryan Breguet a dit…
18 novembre 2008 à 22:26  

tu veux savoir un truc déstabilisant sur la Suisse? Certains petit cantons votent encore à main levée! Je te jure, ils se réunissent sur la place du village le dimanche et votent...

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites