Malhonnêteté intellectuelle du Devoir

mardi 4 novembre 2008 ·

Voici le titre de l'article du Devoir parlant de la péréquation. Ceci est sidérant (RDI avait un titre similaire dans l'après-midi). Le Québec ne touchera pas moins d'argent, il touchera moins d'argent que PRÉVU!! C'est très, très différent!

D'ailleurs le devoir le reconnaît au cours de son article:

Au chapitre des perdants figure le Québec, dont la péréquation représente près de 12 % des revenus annuels. Le changement d'Ottawa privera la province d'environ 50 millions de dollars en 2009-10. Il s'agit d'une baisse par rapport aux projections, mais pas d'une réduction nette, puisque le programme continue à croître.

Ainsi, le Québec touchera 8,355 milliards de dollars grâce à la péréquation en 2009-10, comparativement à 8,028 milliards cette année. Une hausse de 327 millions de dollars.

C'est sidérant de faire un tel titre, c'est genre vouloir chercher à tous prix les problèmes. En temps de crise économique, il est déjà bon de savoir que les payements augmenteront au total. D'ailleurs la ministre des finances, Monique Jérome-Forget, ne semblait pas se formaliser plus que ça de la "perte" de 50 mio. J'ai beaucoup aimé sa réaction, il aurait été si facile de simplement critiquer Ottawa, surtout à la veille d'une élection.

Par ailleurs, nous venons d'assister à unr journée historique: l'Ontario touche de la péréquation et Terre-Neuve-et-Labrador non! Qui aurait pu imaginer cela il y a seulement 10 ans...

5 commentaires:

Anonyme a dit…
4 novembre 2008 à 05:11  

Je ne comprends pas pourquoi le Québec touche une aussi grande somme. Est-ce parce que le Québec est un désastre économique ou parce qu'on donne vraiment trop d'argent à Ottawa ?

C'est complètement ridicule, si je me fie au chiffre du NP le Québec est le premier receveur avec 8,355 milliards et en deuxième c'est le Manitoba avec 2,063 milliards. Qu'est-ce qui explique une aussi grande différence?

AntiPollution a dit…
4 novembre 2008 à 06:28  

Le Québec touche 8 milliards sur un total de 14 milliards trois fois plus qu'en 2003 date de la prise du pouvoir par Charest. Voila où est la "bonne performance économique" de Monique Jérôme-Forget et de son patron Jean Charest.
La côte A- donnée au Québec par les agences de cotation à la province est le résultant d'une entente entre le Québec et le fédéral qui lui sert de répondant.

@anonyme, si le Québec recoit plus qu'une autre province c'est qu'elle est plus populeuse tout simplement.
Vous pouvez vérifier les données du Ministère des Finances du Canada en allant sur leur site ou encore venir sur mon blogue.

@xe a dit…
4 novembre 2008 à 07:28  

J'aimerais pas être Harper en ce moment, plus que la moitié des canadiens vont recevoir de la péréquation et les provinces riches en pétrole voient les prix baisser. Je ne suis pas chez moi, je crois que certaines excluaient les ressources du calcul ou bien ça changé? Il va probablement revoir la formule et faire beaucoup de mécontents même si ce n'est pas de sa faute. Il s'est p-ê fait élire à temps après tout.

Anonyme a dit…
4 novembre 2008 à 12:49  

Bryan (a l universite): oui antipollution a raison, le quebec recoit plus en termes absolus car il a une grande population. Les payements de perequations sont calcules ainsi: on etablit la capacite fiscale moyenne des 10 provinces (en prenant en compte 50% des revenus des ressources naturelles Axel) et on donne de l argent aux provinces qui sont sous la moyenne (il y a aussi un plafond, mais cela devient technique). l ontario recoit peu car elle est juste sous la moyenne. Par habitant, ce n est pas le quebec qui recoit le plus, mais probablement une province des maritimes.

Axel, en fait, si le prix du petrole baisse et reduit les revenus des provinces riches, cela peut etre bon, car cela baisse la moyenne et donc cela baisse les payements necessaires.

Par ailleurs, je pense aller retrouver le fameux budget legault. la perequation et les transferts ont tellement augmente ces dernieres annees, que son budget fantaisiste doit etre encore plus faux

Jean-Paul a dit…
5 novembre 2008 à 19:44  

La péréquation, c'est un système qui prend de l'argent aux provinces riches et la redonne aux provinces pauvres. Ainsi, lorsqu'une province riche s'enrichit (ex: Alberta), cela fait plus d'argent à redistribuer et les provinces pauvres (ex: Québec) en profitent davantage. De plus, le gouvernement conservateur a modifié le calcul de la péréquation en partie pour résoudre le déséquilibre fiscal, ce qui était un de ses engagements électoraux.

Résultat: Quel montant le Québec a-t-il reçu en péréquation ces dernières années?
2003-2004: 3,8 G$
2006-2007: 5,5 G$ (augmentation de 45% en 3 ans)
2007-2008: 7,2 G$ (augmentation de 31% en 1 an)
2008-2009: 8,0 G$ (augmentation de 11% en 1 an)
2009-2010: 8,4 G$ (augmentation de 4% en 1 an)

8,4 G$, c'est environ 1200$ par Québécois. 4800$ en cadeau en argent après impôt pour une famille de 2 adultes 2 enfants. Merci, Ottawa!

Et Monique ne réussit pas à présenter un budget équilibrer sans recourrir à des méthodes comptables créatives.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites