George Bush n'est pas un adepte du libre marché

lundi 3 novembre 2008 ·

Non, je n'invente pas. En fait, sous George Bush la taille de l'État Américain a en fait grossie et les dépenses ont augmenté à un rhytme effréné alors que c'était les démocrates qui avaient réussis à équilibrer les dépenses (avec un Congrés Républicain). Par ailleurs, sous George Bush nous avons des dépenses de plus en plus grandes pour les institutions de réglementation financiéres et économiques. Mais les mythes persistent (malgré qu'ils sont faux) comme le dit le président du département d'économie à l'Université George Mason;

But popular history will almost surely remember Bush, not as a second FDR, but as a second Herbert Hoover. The myth will be made that Bush was a staunch free marketeer who was succeeded in the Oval Office by a charismatic saint whose hyperactive interventions saved the economy (even though precious little evidence of economic salvation will appear in the data). History will forget Bush's interventions just as it has forgotten Hoover's - as it has forgotten that Hoover signed the largest tariff hike in U.S. history; as it has forgotten that Hoover tried to create jobs by deporting hundreds of thousands of Mexicans; as it has forgotten that Hoover signed the Emergency Relief and Construction Act, the Federal Home Loan Bank Act, and created the Reconstruction Finance Corporation; as it has forgotten that, with the Revenue Act of 1932, Hoover raised the top marginal tax rate on personal incomes from 25 percent to 63 percent (in addition to raising the corporate-tax rate).

History will repeat itself, blaming capitalism for a problem caused and intensified by government interventions.

Donald J.Boudreaux

1 commentaires:

ÉternelRetour a dit…
3 novembre 2008 à 08:17  

Le déficit américain a augmenté de 500 milliards au courant du mois d'octobre. Il a accepté de nationaliser les banques américaines. Que l'on essait de me faire croire qu'il est un adepte du libre-marché!

J'ai toujours cru qu'il y avait une énorme contradiction entre la politique interventioniste au niveau social et en matière de politique étrangère de W. Bush et l'idéologie conservatrice qu'il devrait représenter.

Qu'est-il arrivé au parti de Lincoln et Reagan?

p.s. Je cite ta position sur la crise financière dans un récent billet sur mon blogue.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites