Au sujet du déséquilibre fiscal

vendredi 14 novembre 2008 ·

Bryan a décidé de commenter sur le déséquilibre fiscal, normalement je ne commente pas sur quelque chose qui n'existe tout simplement pas, mais puisque la théologie souverainiste de la victimisation me l'impose.

Le mythe autour du déséquilibre fiscal est que les provinces n'ont pas assez de revenus pour les opérations qu'elles gérent alors que le fédéral. Toutefois, cette simple définition est boîteuse parce que le déséquilibre fiscal existerait aussi si le fédéral avait ''pas assez de revenus pour ses dépenses'' alors que les provinces engrangent des surplus.

Il est vrai que le fédéral engrange plus de revenus en termes réels, mais entre 1990 et 2005 (les chiffres que j'utilise parce que je ne veux pas prendre 3 heures à monter des tables pour trois ans additionnels) les dépenses de celui-ci sont relativement stables alors que les provinces ont dépensées considérablement plus.
Néanmoins, les revenus des provinces ont aussi augmenté au cours de la même époque de manière significative. Il est vrai que des provinces comme le Québec sont moins taxées effectivement par le fédéral parce qu'ils obtenus des opt-out de certains programmes. Toutefois, cela ne change pas le verdict, le revenu des provinces a augmenté et les dépenses ont augmenté.
La difficulté pour le provincial de boucler le budget sans faire des acrobaties comptables provient du fait que pendant des années, ils ont envoyé la facture (selon les anciennes formules) de tous les programmes sociaux au fédéral(i.e. hausse de salaire dans le secteur public, autant donner plus pour faire taire les syndicats et refiler 50% de la facture au fédéral). Mais un jour le fédéral s'est écoeuré et a décidé d'équilibrer son budget en incluant notamment des coupures dans les transferts aux provinces


Donc le déséquilibre fiscal provient d'une différence dans les dépenses des provinces qui ont augmenté et que le fédéral a décidé d'arrêter d'éponger les provinces. À la lumière de ce que je considére de l'analyse saine de politiques publiques, je me permet la lecture politique qui suit.

Au Québec, on aime pas l'idée de devoir questionner nos manières de financer nos programmes sociaux, notre fiscalité, notre soi-disant modéle Québécois si on veut. On essaie donc d'éviter le débat et d'échapper aux dures réalités de la vie. Quelle est donc la solution? C'est très facile et ca entre dans ma vision (trademark) de la théologie souverainiste de la victimisation. On blâme le méchant gouvernement fédéral qui veut étouffer les provinces et qui veut tuer le modéle Québécois tuant ainsi le rêve nationaliste Québécois.

Très simplement ; le déséquilibre fiscal est une invention rhétorique qui est utilisé par des gens qui ne comprennent pas de quoi ils parlent ou qui veulent continuer de vivre aux dépens des autres Canadiens pour financer leurs programmes sociaux au lieu de se questionner sur comment on fait les choses ici!

RÉSUMÉ : LE DÉSÉQUILIBRE FISCAL N'EXISTE PAS!!!

4 commentaires:

Bryan Breguet a dit…
14 novembre 2008 à 21:39  

meme commentaire... graphiques trop petits, illisibles. Corrige cela stpl, fais que l'on puisse cliquer dessus. Je ne comprends pas, tu fais pas juste "insérer image"?

Vincent Geloso a dit…
14 novembre 2008 à 21:55  

Ok là ca me gosse

Message à tous les lecteurs : Quelqu'un connaît t'il la manière pour moi de faire en sorte qu'il est possible de cliquer sur l'image parce que je ne peux pas raffiner plus à cause que je les prend dans des publications.

Bryna : C'est justement ca que je fais...et ca marche pas!!

Mathieu a dit…
15 novembre 2008 à 00:22  

Copier l'adresse URL de l'image envoyée, créer un hyperlien avec cette adresse puis mettre le "code" de ton image entre les balises HTML de ton hyperlien.

marc-antoine a dit…
4 janvier 2009 à 23:25  

non, en effet Vincent, ça je suis d'accord avec toi, le déséquilibre fiscal n'existe pas.

ce qui existe par contre, ce sont des frais des gestions, incluant salaires et primes de responsabilité. qui serait assez cave pour gérer les finances et les besoins de son voisin sans se prendre un salaire et un petit supplément en passant!

ce que le Québec paie
-
ce que le Québec reçcoit
=
frais de gestion!

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites