Scrutin majoritaire = gouvernements stables??

lundi 27 octobre 2008 ·

A tous ceux qui prétendent toujours qu'un mode de scrutin proportionnel ne peut entraîner que le chaos et l'instabilité "à l'italienne", voici un fait intéressant:

Depuis 2000, un citoyen du Québec a dû voté lors de 4 élections fédérales (2000, 2004, 2006 et 2008) et trois élections provinciales (2003, 2007 et 2008), soit un total de 7 scrutins.

Pendant ce temps, un citoyen allemand de Bavière a voté au niveau fédéral en 2002 et 2005 (élections anticipées de 1 an), ainsi qu'à deux élections régionales (provinciales si vous préférez) en 2003 et 2008. Ceci donne un total de 4 scrutins.

Pourtant l'Allemagne possède un mode de scrutin proportionnel mixte aux deux niveaux de gouvernements... Comme quoi, la stabilité gouvernementale au XXIe siècle ne semble pas tant dépendre du mode de scrutin, mais bel et bien de la culture politique en place. De plus, avec le mode de scrutin britannique et désuet que nous connaissons ici, les élections sont au bon vouloir du PM, même lorsque celui-ci a fait voté une loi sur les élections à dates fixes... Ainsi, lorsque le PM en place n'a aucun scrupule et décide d'y aller car les sondages sont bons (Chrétien 2000, Charest 2008, j'hésite à dire Harper 08), cela force les citoyens à se rendre plus souvent qu'autrement aux urnes.

Pour conclure, que ce soir clair, je ne prétends pas ici que le Canada aurait moins d'élections avec un scrutin proportionnel, je tiens juste à montrer qu'instabilité gouvernementale et mode de scrutin ne sont pas forcément liés.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites