Le Bloc est un parasite électoral

samedi 25 octobre 2008 ·

Gilles Duceppe peut bien se péter les bretelles en déclarant que le Bloc a encore une fois remporté une majorité de députés, il n'en reste pas moins que le Bloc est un parasite électorale. Le Bloc n'existe que parce qu'il y a un 30-35% de Québécois qui sont indépendantistes (j'entends par là des souverainistes qui sont prêts à se séparer unilatéralement et sans association par la suite). Ainsi, au final, le Bloc ne récolte-il que 8% d'intentions de votes hors de ce groupe d'indépendantistes. Donc sur, mettons, les 70% restant, le Bloc n'en séduit que 8 points, même si Duceppe ne prononce jamais le mot souveraineté de la campagne! 8%, c'est moins que le soi-disant si centralisateur NPD! (note: je reconnais qu'il faudrait vérifier avec des données quelle est la proportion de voteurs Bloc qui se déclarent souverainistes, cela est possible en utilisant les données de l'étude électorale canadienne pour 2006. Malheureusement, ayant des examens à préparer, je manque de temps. Je crois néanmoins que d'affirmer que l'énorme majorité des indépendantistes qui votent au fédéral appuient le Bloc n'est pas une hypothèse très importante)

Alors que le Bloc arrête de s'auto-proclamer représentatifs des "valeurs québécoises". La vérité est bien plus cruelle pour le Bloc, il n'existe que parce qu'il est seul sur un énorme marché électoral de 30%. C'est facile de dominer quand on est un monopole! Il n'y a aucun mérite à cela, je suis sûr que le Bloc pourrait présenter une plante verte comme leader et seulement mettre sur ses affiches "Pour le Québec" et le Bloc aurait encore 40 députés!

Non seulement le Bloc a-t-il un monopole sur un énorme segment de l'électorat, mais il a également un avantage certain en ne faisant campagne qu'au Québec. Cela demande moins de dépenses (pas besoin d'un avion) et permet de gagner des points alors que les autres chefs sont en CB par exemple.

En conclusion, le Bloc québécois peut bien se targuer d'avoir une majorité des sièges, cela n'est que le résultat du mode de scrutin et de deux monopoles. Pas de quoi être fier. Et cela ne signifie en rien que je "marche dessus" les 6 mio de Québécois (vu que le Bloc aime additionner les mêmes individus à travers les années...) qui ont voté Bloc.

2 commentaires:

Carl Vallée a dit…
25 octobre 2008 à 21:02  

Amen!

Carl Vallée a dit…
25 octobre 2008 à 21:08  

Par ailleurs, le NPD est un parti centralisateur. Hormis les débats constitutionnels que nous avons déjà eus dans le passé sur le thème de la centralisation, la philosophie du NPD est égalitaire dans son essence même. Un gouvernement fédéral égalitaire voudrait nécessairement centraliser les pouvoirs afin que tous les Canadiens aient les mêmes services, les mêmes droits etc. Il s'agit qu'une seule province dise non pour que le but de ce gouvernement néo-démocrate ne soit pas atteint. Mais bon, ce n'est que mon opinion!

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites