Au sujet de l'indexation au revenu moyen des étudiants

jeudi 30 octobre 2008 ·

Je l'avais promis, que je questionnerai l'affirmation des jeunes de l'Action démocratique selon laquelle il serait préférable d'indexer les frais de scolarité au Québec au revenu moyen des étudiants.

Tout heureux, ils nous disent que le revenu moyen des étudiants a baissé de 6.2% depuis 1994. Selon la logique subséquente, si les étudiants ont moins de revenu, ils peuvent moins se permettre d'aller à l'université. J'excluerai ici les considérations quant à l'emprunt, l'accés au prêts et bourses, le coût d'opportunité du travail et des études ainsi que le taux d'emploi des étudiants. On va juste se concentrer sur l'affirmation du 6.2% qui est faite par les jeunes adéquistes.

En fait, c'est par erreur que j'ai découvert la niaiserie (parce que c'est une niaiserie). En septembre 2004, j'étais encore membre de l'Action démocratique (mes excuse) et j'étais présent au Congrés des Membres de Drummondville où l'aile jeunesse a passé une résolution sur les prêts et bourses avec des éléments suivants :

... ATTENDU QUE les récentes de la FEUQ a partir des recherches du MEQ et de SALES, A, Drolet, R, Simard , G révèlent qu'au contraire le salaire des étudiants [ l'aile jeunesse confond fréquement le salaire des étudiants avec le revenu moyen, j'étais là dans le temps, je peux témoigner] a chuté de 6.2% depuis 1994; [...]

IL EST PROPOSÉ QU'UN gouvernement issu de l'ADQ [...] limite à l'intérieur de sa loi cadre, l'indexation des droits de scolarité à l'évolution du salaire étudiant moyen[...]

Sources : [...] SALES, A, Drolet, R, Simard, G. La différenciation de la population étudiante universitaire au Québec, Rapport Complémentaire sur les conditions de vie des étudiants universitaires dans les années quatre-vingt-dix, Université de
Montréal, Août 1997, p.34.


Premiérement, je n'ai pas trouvé (malgré mes efforts et ceux de Bryan) l'étude de la FEUQ qui se base sur l'étude de Sales, Drolet et Simard. Mais ce que je sais, c'est que la période 1994-1997 (voir les caractéres gras) est considérablement trop courte pour établir une conclusion claire. L'autre étude citée[voir ICI] ne mentionne pas le chiffre magique de 6,2%. En fait, elle note plein de belles choses positives sur le revenu des étudiants comme que les étudiants qui sont CHEZ leurs parents(qui au minimum ne paient pas de loyer) qui sont proportionellement plus nombreux à occuper un emploi que ceux qui résident ailleurs (voir p.55).

Je suis prêt à admettre que peut-être le revenu des étudiants a baissé, mais il faut noter ici que l'ADQ cite un document de la Fédération des Étudiants Universitaires qui S'INSPIRE de l'étude du MEQ(celle en lien) et celle de Drolet, Sales et Simard. Le nom du document de la FEUQ n'est pas cité dans la proposition et comme je l'ai mentionné juste avant, que nous n'avons JAMAIS été capable de trouver publiquement.

Je n'essaie pas de débattre du mérite d'indexer au revenu moyen (mais j'admet que je n'en vois aucun, je vois juste des inconvénients et du balbutiements de niaiseries politiques), j'essaie de montrer que la position de l'ADQ se base sur des fondements assez chancellants et incomplets.

Mais dans le temps que j'étais à l'ADQ, les gens de la commission des jeunes croyaient vraiment qu'on pourrait se faire ami avec les fédérations étudiantes pendant els campagnes électorales. Faut croire que ce phantasme vient au sacrifice de l'intégrité intellectuelle.

2 commentaires:

LBII a dit…
30 octobre 2008 à 22:15  

1- On dit Fantasme et non PHantasme
2- Ce que j'ai jamais compris, c'est que le but du dégel est de donner un peu plus de moyens aux universités, mais paradoxalement, le but de l'ADQ à cette époque (nous étions les deux à la CDJ après tout) était de diminuer le fardeau des étudiants...

La belle époque!

Alex F. a dit…
2 novembre 2008 à 19:25  

Ce n'est plus la position de la CDJ, simple petite précision... Je trouve que tu mets beaucoup d'efforts à détruire une proposition de 2004... Ne participais-tu à l'écriture des propositions à cette époque? D'ailleurs, ta participation est toujours la bienvenu (sincèrement) si ça te tente de mettre tes idées du côté bâtisseur plutôt que destructeur!
AU plaisir Gelo!

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites