Réforme du financement des partis

mercredi 26 mai 2010 ·

Voici un texte que j'ai soumis à La Presse.

Les derniers mois n’ont pas été de tout repos pour les politiciens Québécois. Après tout, Gilles Taillon a quitté la chefferie de l’ADQ en accusant le parti de manœuvres comptables douteuses. Le PQ a dénoncé les méthodes de financement du Parti Libéral alors qu’il utilisait aussi les mêmes méthodes il n y a pas si longtemps. À l’exception de Québec Solidaire, personne n’en ressort à bon compte. Le cynisme observé à la dernière élection par le faible taux de participation ne peut qu’être empiré par la situation actuelle. À ce point-ci, seul une réforme du mode de financement des partis pourrait faire acte de bonne foi et restaurer la confiance.

Voici donc une suggestion simple qui permettrait non seulement d’augmenter la transparence du financement mais aussi de favoriser davantage la compétition politique : avoir un système de financement mixte. L’idée est d’avoir un système de financement public dans lequel les partis politiques choisiraient entre un mode de financement public ou un mode de financement privé.

Prenons Québec Solidaire qui, compte tenu de ses convictions politiques, favoriserait un financement public. La réforme consisterait donc à interdire à Québec Solidaire de collecter des donations en dehors de celles pour ses congrès et au dessus d’un certain montant très minime. Par la même occasion, le montant alloué par vote augmenterait considérablement (il est présentement à 0.50 cents par vote et en novembre 2009, une hausse à 0.82 cents était proposée). Si un parti choisit le financement public, il serait aussi possible de diminuer aussi le seuil de 15 pourcent des votes à atteindre pour que le Directeur Général des Élections rembourse la moitié des dépenses d’un candidat dans un comté.

Alternativement, un parti comme le Parti Libéral pourrait préférer un mode de financement par donations, dans ce cas, il renoncerait au financement public qu’il obtient présentement et il n’y aurait aucun remboursement des dépenses dans les comtés. Par la même occasion, toutes les dons devraient être répertoriés.

Un tel système aurait l’avantage de laisser les partis choisir la méthode qui leur permet de mieux survivre tout en augmentant la compétition. Mais plus important encore, les électeurs pourraient regarder quel mode de financement un parti choisit, cela introduit un élément de transparence quant aux décisions de financement d’un parti. Un petit geste qui pourrait aller loin…

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites