Se comparer avec les provinces pauvres

jeudi 22 avril 2010 ·

Ce qui est triste du discours de Maxime Bernier c'est que les journalistes ont dit qu'il aurait fait ce discours dans le reste du Canada alors qu'il l'a fait en Montérégie au Québec. C'est surtoue que personne n'a noté qu'il a comparé le Québec avec les provinces Maritimes qui recoivent davantage de transferts que le Québec. Ce qu'il a dit c'est qu'il est triste qu'on reçoive de la péréquation en quantité industrielle. Alors en défense de Bernier, je vous poste ce graphique sur les transferts par province en part de leur économie. Étonnament, Terre-Neuve et l'Île du Prince-Édouard sont devenus moins dépendants des transferts. Surtout Terre-Neuve à cause du pétrole comme Bryan me l'a fait remarquer. Le Nouveau-Brunswick est resté stable et la Nouvelle Écosse est devenue plus dépendante. Le Québec est resté stable quant à lui.

Je sais pas pour vous, mais je trouve assez poche de me comparer avec les Maritimes et essayer de me réconforter en disant qu'il y a pire. La question qu'on devrait se poser c'est pourquoi on est pas capable de faire sans la péréquation et surtout sans des transferts fédéraux aussi massifs (parce qu'il y a aussi le TCS, le TCPS, les transferts spécifiques, les transferts aux villes, les fonds de fiducie etc.)

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites