Sur l'investissement étranger

mercredi 10 mars 2010 ·

Mon dernier commentaire sur les tarifs douaniers soulevés sur les produits nécessaires à la production de certains biens d'exportation qui permettrait d'augmenter la compétitivité des entreprises exportatrices m'a porté à me demander pourquoi on veut tellement être les meilleurs pour l'exportation. On dirait que dans la mentalité commune, tout ce qui vient d'ailleurs vers le Canada est mal et que tout ce qui part du Canada pour être vendu ailleurs doit faire l'objet de politiques restrictives.

Cela s'applique notamment aussi sur l'investissement étranger. Ce budget aurait pu suivre les recommandations émises en 2008 par le Blue Panel Review on Investment qui proposaient une réduction des barrières à l'investissement étranger. En fait, ca pourrait être bénéfique puisque Statistiques Canada notait en 2005 que les usines contrôllées par des intérêts étrangers étaient plus productives que les usines contrôllées par des firmes canadiennes. Celles-ci déploraient aussi plus d'efforts en R&D qui déborderaient sur d'autres firmes canadienens et forceraient les entreprises Canadiennes à déployer des efforts supplémentaires pour améliorer la productivité.

Pourquoi le fédéral n'a pas suivi les recommandations de la commission au lieu de continuer de tout faire pour favoriser les firmes exportatrices...je commence à trouver ca triste...

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites