Les effets du zonage dans la crise économique

jeudi 10 septembre 2009 ·

La hausse vertigineuse des prix des maisons qui a eu lieu entre 2002 et 2007 a fait penser à plusieurs individus que la seule direction qui existait était celle qui montait. Les gens ont donc décidé de miser sur les prix des maisons pour prendre des risques. Si le risque est trop grand à assumer, on aura eu une maison pour 1 an ou deux et on va l'avoir revendu à un prix plus élevé et on couvre les pertes.

Une des causes de cela est un peu d'irrationalité, mais surtout des politiques gouvernementales qui visaient à encourager le développement du rêve de propriété domiciliare, d'encouragement au crédit par la Réserve Fédérale et par des réglementations sévères sur l'industrie financière. Mais une cause un peu oublié est celle du zonage.

Effectivement, selon ce papier de novembre 2008 du Brookins Institution, les politiques de zonage ont limité considérablement l'offre de terrains dans les centres urbains les plus en demande comme Los Angeles et Las Vegas dans lesquels on a vu des hausses dramatiques des prix des maisons. Des réglementations lourdes auraient tordu la vraie valeur des maisons sur lesquels les gens misaient.

L'économiste Bryan Caplan étend ce raisonnement mais en se questionnant sur les banlieues aux États-Unis. Je vous avoue que ca porte à réflexion...

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites