Financement du Bloc coupé? Pourquoi pas!

jeudi 13 août 2009 ·

Contrairement à certains nationalistes québécois, je ne vois pas vraiment de problème à couper ou du moins réduire le financement public du Bloc Québécois. Je ne suis pas favorable à couper tout le financement simplement car le Bloc ne présente des candidats que dans une seule province. Néanmoins, il me semblerait normal que le Bloc touche moins d'argent. Après tout, faire campagne juste au Québec est beaucoup moins couteux que de faire campagne à travers tout le pays. Pensons simplement au fait que les autres partis doivent louer un avion, alors que le Bloc peut se contenter de son autobus.

Le Bloc est déjà le parti le plus avantagé par le mode de scrutin (le Bloc a la moitié de votes du NPD mais le double de sièges... appelez ça démocratique si vous voulez, moi non). Le Bloc est également le parti politique qui vit le plus de ses subventions publiques (mmh peut-être que les Verts sont pires...). Alors, non, je ne suis pas pour l'abolition du financement public (je m'y étais déjà opposé l'automne passé), mais je ne trouve pas normal que le Bloc ait droit aux mêmes remboursements que les autres partis.

6 commentaires:

Rita Petit a dit…
14 août 2009 à 05:06  

Je suis d'accord pour pour couper les vivres au Bloc Québécois. C'est la meilleur façon d'extirper le Parti conservateur du Québec et de faire monter la fièvre souverainiste.

Anonyme a dit…
14 août 2009 à 11:08  

Je présume qu'une bonne manière de faire cela serait de faire un calcul comme ceci

(1.75 x nombres de votes) / nombre de comtés au Canada

Avec ca, on aurait le montant qu'ils auraient par comté si ils avaient des candidats dans les 308 comtés. Après disons que t'as présenté 75 candidats, ca ferait plus équitable.

Le Bloc reçoit, en fonction de l'élection de 2008, $2 414 984.25. Cela fait 32 199.75$ par comté que le Bloc présente un candidat. En comparaison, un parti national comme le NPD qui a eu le double de vote que le Bloc doit se contenter de $4 402 231.75 donc $14,292 par comtés. Il y a une certaine iniquité que le Bloc reçoive plus par comté que le NPD qui aspire à prendre le pouvoir alors que le Bloc n'y aspire pas.

Avec le calcul, le financement augmenterait plus rapidement plus on devient un parti national au lieu d'être un parti régional

Anonyme a dit…
14 août 2009 à 13:37  

Pouvez-vous nous indiquer où, sur le site du directeur des élections, se trouve la formule de calcul de cette allocation.
J'ai l'impression que ce n'est pas 1.95 par vote, ce dont vous discutez. Il y a plus.

Bryan Breguet a dit…
14 août 2009 à 14:22  

Je crois qu'actuellement, le financement est en deux parties: le remboursement des dépenses (avec une limite admissible): http://www.elections.ca/content.asp?section=gen&document=ec90707&dir=bkg&lang=f&textonly=false

1.75$ par vote obtenu, indépendamment de combien le parti ou le candidat à dépensé.

@ premier anonyme: j'aime bien cette idée. Je trouve que le critère devrait vraiment être le nombre de candidat présentés, pas le nombre de candidats élus.

@Rita: oh oui, le Bloc et tout le mouvement souverainiste a bien besoin d'un petit coup de pouce dans le genre "scandale des commandites". C'est pas comme si ce mouvement arrivait à convaincre les gens sans pseudo scandales de toutes manières.

Rita Petit a dit…
14 août 2009 à 16:17  

@anonyme : Peu importe la formule de calcul 1 citoyen = 1 vote. Les souverainistes travaillent, paient des impôts, votent, respectent les lois, pourquoi l'idéologie serait un facteur de discrimination ? L'aveuglement idéologique j'imagine ?

@Bryan Breuguet: Ni le scandale des commandites ni les coupes dans la culture sont de faux évènements, ils sont révélateur de la nature du pouvoir fédéral au Canada.

Bryan Breguet a dit…
14 août 2009 à 17:38  

le scandale des commandites est l'oeuvre de fédéralistes QUÉBÉCOIS qui ont détourné de l'argent public au QUÉBEC. Je vois pas en quoi cela devrait motiver la souveraineté du Québec. De plus, les scandales politiques ne sont pas juste à Ottawa. Il est ridicule de vouloir séparer un pays pour un scandale de politicien.

Quand au 1 citoyen=1 vote, je suis d'accord de laisser le 1.75$ à la limite. Mais le reste des remboursements de dépenses pourraient être ajustés en fonction du nombre de candidats et/ou du nombre de provinces dans lesquelles le parti a un candidat.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites