Le choc démographique, suite à Vincent

mercredi 3 juin 2009 ·

Tout comme Vincent, j'ai lu l'édito du nationaliste en chef de La Presse André Pratte. Mais je suis également allé voir l'étude de Desjardins directement. L'étude en question, en utilisant un modèle très simplifié de l'économie québécoise (le PIB est produit par le travail et du capital, il n'y a même pas de capital humain dans le modèle...), conclue que l'économie québécoise subira un ralentissement important de sa croissance annuelle, principalement en raison de la baisse de la population active. Je ne contredis pas forcément cela, mais je pose la question: so what?

La croissance dont parle l'étude (et Pratte) est celle du PIB réel, pas du PIB réel per capita! Or c'est cette statistique qui devrait nous importer. Il est même amusant de consulter le document de Desjardins nous expliquant que dorénavant, la croissance proviendra uniquement des gains en productivité. Et alors? Sérieusement, oui la croissance totale sera plus faible, mais les gains de productions n'auront plus à être "répartis" sur une population croissante, donc cela revient au même! Le niveau de vie d'un pays se mesure au PIB per capita, pas au PIB total.

Je suis totalement d'accord que ce "choc démographique" aura des conséquences, en particulier pour les finances publiques. Mais pour l'économie en soit, je suis du même avis que Vincent, les gens et les entreprises s'adapteront.

6 commentaires:

louisp a dit…
4 juin 2009 à 06:36  

Bryan, quelle fonction de production utiliserais-tu pour inclure ton capital humain?

Bryan Breguet a dit…
4 juin 2009 à 07:40  

Probablement une Cobb-Douglas, mais tu rajoutes un H dedans, ainsi ton Y est une fonction de K, L et H. Empiriquement (genre pour convergence), on remarque que l'inclusion de capital humain résoud bcp de problèmes du modèle. Genre si tu fais une régression, sans capital humain, il faudrait que la part du travail soit de 75%, ce qui est bcp trop élevé. Mais ce 75% est correct si tu imagine qu'il s'agît du retour au travail brut et au capital humain. Dans l'étude de Desjardins, ils partent du principe que L est la population active en gros et va ainsi resté constante. Ainsi tous les gains futurs doivent provenir d'une hausse du A. Si tu inclus H, ta croissance pourrait provenir d'un plus grand capital humain.

louisp a dit…
4 juin 2009 à 09:53  

Ouais, j'ai déjà vu le H, mais je me demande toujours c'est quoi que tu utilises comme proxy pour ça.

En plus estimé A c'est de la merde. T'as déja vu les conditions pour que le A soit vraiment un Solow residual. Lol ce A en général ramasse absolument tout lol.

Anyways, pour ce qui est du PIB par capita soit...mais le prob c'est également la proportion de travailleur sur l'ensemble de toute la population. Ça devient vraiment débalancé..on fait moins de bébé et les gens à la retraite vive plus longtemps. En plus, tu vas probablement avoir un truc keynésien(désolé pour les pures et dures) d'excès d'épargne ou je ne sais trop qui va entraîner un ralentissement. Anyways on verra bien.

Bryan Breguet a dit…
4 juin 2009 à 12:33  

Oui je suis d'accord sur cela, mais l'étude de desjardins se concentre quasi uniquement sur le ralentissement de la croissance, ce qui en soit n'est pas un problème.

Pour le H, ben c'était mon rapport de maitrise non? lol Non sérieusement, pour ce genre d'études, les auteurs utilisent en general une proportion d'etudiants post-secondaire, ou un truc comme ca.

louisp a dit…
4 juin 2009 à 13:00  

"Pour le H, ben c'était mon rapport de maitrise non? "

C'est exactement pourquoi je te pose la question. Anyways déjà que la Cobb-Douglas comme fonction de production c'est pas super super. Faque ça vaut ce que ça faut. Mais pour un petit document comme ça. J'imagine que ça fait la "job".

Bryan Breguet a dit…
4 juin 2009 à 16:42  

En même temps, c'est un peu désolant de voir que la première banque (oups, désolé, caisse populaire) au Québec produit des études qui sont, bien franchement, du niveau d'un rapport de maîtrise.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites