Autant nationaliser...

lundi 30 mars 2009 ·

Barack Obama aurait demandé à Rick Wagoner, pdg de General Motors, de démissionner pour que la compagnie obtienne son bailout. Il a aussi mis en place un comité d'économistes et d'avocats en droit du travail pour restructurer l'entreprise puisque l'administration Obama considère que le plan de Wagoner est inadéquat.

Donc, General Motors recevra des subventions, la direction générale sera assumée et sanctionnée implicitemment par la Maison Blance et tout sera assumé par les contribuables. Dans ce cas, pourquoi ne pas tout simplement nationaliser General Motors? Parce qu'à toutes fins pratiques, c'est exactement ça qui se passe.

Déjà que General Motors vit de l'État depuis des décennies (ne serait-ce que par les subventions et les protections qu'elle reçoit) et est remarquablement inefficace, je ne vois pas en quoi l'intervention de l'État va améliorer les choses. En fait, cette nationalisation déguisée risque d'empirer les choses.

Barack Obama; protectionniste et socialiste...

[MàJ de Bryan]: En plus Obama va forcer Chrysler à s'allier avec l'italien Fiat. Donc oui, définitivement, autant nationaliser quand tu es rendu à prendre une part active aux décisions opérationnelles et stratégiques.

3 commentaires:

David a dit…
31 mars 2009 à 19:33  

C'est passé sous silence avec le congédiement de Rick Wagoner, mais la Maison-Blanche a aussi annoncé la création d'une agence gouvernementale qui sera responsable d'honorer les garanties de GM...

Un char garanti par le gouvernement...

Anonyme a dit…
2 avril 2009 à 16:35  

Pour reprendre les termes d'un ami:
on peut maintenant renommer simplement GM en "Government Motors".

Guillaume a dit…
2 avril 2009 à 20:48  

C'était en quelque sorte ce que j'avais suggéré lors d'un séminaire de l'Institue Fraser où vous animiez un groupe de discussion : que l'État exige des actions en échange de son financement... Ou alors qu'il ne finance pas du tout.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites