Pourquoi Pierre Morin est-il si idiot?

dimanche 22 février 2009 ·

Le titre de ce message n'est pas vraiment révélateur de son contenu. Je voudrais ici faire part de mon agacement complet des cheerleaders adéquistes responsables du naufrage du parti et qui n'assument rien. Comme parmi cette gang, Pierre Morin y joue un grand rôle, ce message lui est dédicacé.

Tout d'abord, Pierre Morin, auteur du blogue Bleu Québec (au moment où j'écris ces lignes bien sûrs, car il va probablement rechanger de blogues anonyme dans quelques mois), aime à nous attaquer sur son blogue. Par "nous", je parle bien sûr de Vincent et moi ainsi que les ex-membres de l'ADQ qui ont quitté le navire quand le parti a viré à gauche, dont l'auteur du blogue le suburbain lucide auxquel Morin s'attaque cette semaine. Selon lui, nous ne sommes que des petites droitistes, ou des rigoristes (nouveau terme utilisé par Morin après une énorme recherche sur wikipédia), des purs-et-durs en somme! Tout comme il y a des purs et durs au PQ qui veulent la souveraineté à tout prix (même s'il s'agît de faire des menaces de morts...), Vincent et moi représenterions la gang des ultra libéraux au sein de l'ADQ. Ceux qui ne veulent que du libre marché partout. Selon Morin, nous vivons dans la théorie et ne pouvons pas nous adapter à la pratique (une attaque qui cache par ailleurs un anti-intelectualisme très révélateur de l'ADQ d'après 2007 et qui justifie pleinement le titre de ce post). Au-delà du fait que des attaques répétées de la part d'une personne qui n'a même pas le courage de mettre son nom sur son blogue (vas-y Pierre, justifies-toi en disant que c'est pour ta job...), ces attaques sont fausses et idiotes. Tout comme le sont les attaques des autres membres de la gang (tous ceux pour qui l'ADQ a coulé en raison de personnes comme Vincent et moi qui ont critiqué le parti pendant des mois et l'on finalement "forcé" à inclure des mesures "ultra droitistes" comme la privatisation super partielle d'Hydro-Québec.

Vincent et moi ne sommes pas opposés aux compromis, mais nous pensons simplement que l'ADQ doit, ou aurait dû, conserver un minimum d'intégrité. Morin a beau parler des "valeurs adéquistes ", un terme aussi vague et creux que la nation chez les péquistes, le fait est que quand, comme c'est le cas pour lui et d'autres (je pense ici à David Chrétien du blogue de centre-droit.... -au fait David, quand un pays a besoin de mettre "démocratique dans son nom, c'est qu'il ne l'est pas! Je suppose que c'est la même chose pour les blogues de droites...), donc disais-je, quand on approuve les yeux fermés que l'ADQ vire plus à gauche que le PQ en proposant des Bureau de la Prospérités!!! (sérieux, même QS n'a pas cela dans son programme), non seulement on ne partage pas les valeurs adéquistes, mais on n'a simplement aucune valeur! Si ce n'est de suivre tel une bonne petite recrue ce que son chef tout puissant nous dit de faire.

Tenir à ce que l'ADQ reste un parti de droite, ce n'est pas vivre dans un monde théorique, c'est juste être logique! Si l'ADQ n'est plus de droite, elle n'a aucune raison d'être. Soyons sérieux, ce n'est pas son autonomisme bancal, impossible et mal définit qui peut permettre à ce parti de survivre. Si Pierre Morin s'accommode si bien des virages gauchistes et du fait que l'ADQ n'était plus qu'une pâle copie du PQ, pourquoi ne pas simplement voter PQ alors? Bien sûr, si un parti veut prendre le pouvoir, et c'ets un but légitime après tout, il devra faire des compromis, surtout avec notre mode de scrutin. Cependant compromis ne signifie pas virage à 180 degrés! Compromis ne signifie pas devenir une copie de l'un des autres partis. Cela s'appelle la soif du pouvoir et si tel est votre cas, vous serez très heureuz au PLQ.

Pour conclure, à toutes ces cheerleaders qui sont responsables de la débâcle du parti (en partie du moins, la majeure partie du blâme revenant naturellement à Dumont) et n'assument rien de leurs actes, à ceux qui préfèrent mettre la faute sur deux petits blogueurs, il serait peut-être temps d'entrer dans le monde des adultes! Car si Vincent et moi vivons dans un monde théorique, que dire du monde dans lequel des idiots tels Pierre Morin vivent? Si ce n'est l'enfance. L'ADQ est morte et entrerrée pour moi, ce parti ne semble même pas capable d'organiser une course au leadership. Ce parti n'ose même plus s'affirmer comme étant de droite. Je me fous que l'ADQ survive avec un nouveau chef, ce parti n'a juste plus de raison d'être dans l'état actuel, surtout pas tant que cette gang en fera partie.Justifier

5 commentaires:

Jean-Marie Dagenais a dit…
22 février 2009 à 08:25  

Je vous publie ici le commentaire destiné au blogue de Pierre Morin qu'il n'a bien sur pas voulu publier

Plus je lis ce site, plus je comprends que si M Morin est a l image de ce que l'ADQ est devenue. On comprend mieux pourquoi 700 000 québécois sont restés chez eux en décembre dernier.

Peut être que M Morin devra comprendre que le Québec n'a pas besoin d'un autre parti de centre.

Déja de traiter d'extrémistes et de purzédurs les tenants de la droite classique montre pourquoi l'ADQ n'a presque jamais été prise au sérieux et que ce parti a toujours souffet d'un problême clair de branding.

Comme l'a dit assez souvent Jeff Plante que tu gagnerais a écouter de temps en temps. C'est quand même amusant de constater que l'ADQ a flirté avec les 40% d'appuis quand le parti a proposé des mesures clairement de droite comme la flat tax et les bons d'éducation quelque part en 2002. Quand Mario a choké lamentablement a ce sujet pour faire plaisir au Plateau Mt Royal et aux médias qui avaient de la peipeine, le parti s'est lui aussi lamentablement échoué a 18% car une fois de plus il avait tenté de séduire le centre.

En 2007 en simplifiant le programme plusieurs dont moi ont cru que l'ADQ avait compris le message et l'ADQ est remontée. Une fois à l'opposition c'était encore plus de gouvernement, création d'un bureau de la concurrece, des mesures de protectionnisme, d'achat local et autres mièvreries du même acabit.

Il ne reste plus aucune base intellectuelle à l'ADQ, ils sont tous partis. Ecoeurés, blasés, tassés, fatigués de se battre contre une girouette. Tu peux continuer la chasse au sorcieres pour dire que lui c'est un "membre" l'autre non, en faisant cela tu agis exactement comme ce que tu dénonces au PQ.

Ce que l'Ombudsman a fait et j'espere qu'il continuera de faire. C'est de mesurer et d'identifier AVEC DES FAITS ou logent les députés et/ou officiers adéquistes. Moi quand je vote, je veux savoir si je vote pour un étatiste ou non.

Tu as beau faire de jolis petits vidéos sur ton temps de l'assemblée nationale sur la vie de chateau de Mme Marois. Moi ce qui m'intéresse c'est des faits pas des spins ridicules.

Si tu n'es pas pret a prendre ta part du blâme pour ce qui est arrivé en décembre dernier c'est que tu es toi aussi une partie du problême.

Bryan Breguet a dit…
22 février 2009 à 08:53  

oui j'adore, non seulement il publie en anonyme, mais il censure les commentaires en plus!!

Bon commentaire Jean-Marie, totalement en accord.

steve81 a dit…
22 février 2009 à 12:20  

J'ai déjà critiquer l'ADQ sur mon blogue, dans lequel je prône pourtant une réforme constitutionnelle afin que les paliers de gouvernements soient davantage autonomes :

Le modèle « autonomiste » de l’ADQ
Québec 2008 : Péréquation et redevances aux régions
« On parle pas de politique »

Quant à Pierre Morin, il incarne parfaitement ce qu'est devenu l'ADQ. Il a davantage nui à l'ADQ que tout les "rigoristes" du Québec réunis ensemble.

Jean-Luc Proulx a dit…
22 février 2009 à 13:25  

En plus de s'attaquer de façon quasi diffamatoire aux souverainistes et de flusher tous les commentaires qui le nomme par son nom comme si il avait peur de confirmer qui il est, Morin commet des erreurs de faits absolument lamentables sur son blogue.

Le Chevalier De Lorimier aurait écrit son testament politique 100 ans après avoir été pendu. Franchement! Messieurs Geloso et Breguet, vous qui le connaissez un peu, est-ce que Morin a poché son cours d'Histoire de secondaire 4?

Pierre Morin et David Chrétien peuvent bien continuer de se mettre à dos les libertariens et les intellectuels de droite comme Martin Masse et Michel Kelly-Gagnon si ils le veulent, mais ils oublient vite que ce sont les libertariens et les intellectuels de droite qui ont porté l'ADQ pendant plus de 10 ans.

On comprend pourquoi Maxime Bernier refuse d'aller se perdre à l'ADQ. De plus, à Pierre Morin et à David Chrétien, vous pouvez rajouter à la liste des gens qui n'ont pas comprit le ressac adéquistes du 8 décembre dernier les ex-députés adéquistes Claude Roy et Richard Merlini, de même que le directeur général de l'ADQ, Mario Charpentier, et le député adéquiste de Shefford, François Bonnardel.

J'ai déjà écrit sur mon blogue que l'ADQ n'avait jamais quitté le stade anal de la politique et je crois qu'elle ne le quittera pas de sitôt. J'ai voté ADQ en 2007, mais en 2008, j'ai bien vu que le parti n'allait nul part. J'ai donc PQ, parce que, même si je suis libertarien, je suis aussi souverainiste et je crois que je voterai PQ pendant encore longtemps. Je suis absolument incapable de voter libéral, que ce soit au fédéral ou au provincial.

Louis-Philippe Lafontaine a dit…
24 février 2009 à 18:59  

L'ADQ a viré à gauche??

Vous en fumez du bon les boys.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites