En défense du National Post

mercredi 25 février 2009 ·

Vous m'accuserez d'être biaisé parce que j'ai travaillé et que je continue de collaborer avec The National Post, mais je monte à la défense de l'éditorial au sujet du Québec. Il est ridicule de déclarer que l'éditorial est haineux à l'égard du Québec parce qu'il ose soulever le sujet délicat du nationalisme québécois. Il est tout simplement mal placé sur quelques points, mais dans l'ensemble, rien d'haineux n'est exprimé

Mais je ne me gênerais pas, il faut le dire. Le nationalisme au Québec tel que défendu par la classe politique n'est pas du nationalisme, c'est de la victimisation systématique pour éviter les responsabilités de nos échecs et s'approprier tous les succès (comme Patrick Bourgeois le fait en insultant les anglophones qui ont participé à la Révolution Tranquille). Le dossier de la recréation de la Bataille des Plaines D'Abraham est le meilleur exemple.

Parce qu'on a appris à détester les anglophones, on a appris à tout détester d'eux et donc on souhaite faire une nouvelle écriture de l'histoire. On refuse donc de faire usage de maturité nationale et admettre que les anglophones ont contribué à l'édification de l'identité nationale des Québécois. Aprés tout, avec l'abandon de la Nouvelle-France par la France, on a vu l'introduction du commerce, de la finance, des nouvelles techonologies(dont l'imprimerie) et une explosion de la propriété foncière. Avec les méchants investisseurs anglophones et américains, on a vu le développement des industries dans les villes vers lesquelles les pauvres Québécois des campagnes se sont déplacés et ont monté le premier échelon de la croissance économique.

Être nationaliste, être fier d'être un Québécois n'implique pas du tout d'haïr tout ce qui n'est pas ''cannonique'' ou de blâmer nos échecs sur autre chose. Être fier d'être Québécois implique d'admettre la situation actuelle et admettre nos erreurs, nos échecs, notre part de responsabilité. En faisant cela, on pourra générer une société plus confiante et entrepreunante.

The National Post a eu raison de critiquer cette immaturité de détester les anglophones. Bon, le Post aurait pu l'exprimer d'une autre manière, mais il faut bien commencer le débat.

6 commentaires:

louisp a dit…
25 février 2009 à 09:49  

"Enough of the decades of appeasement; it's time for Ottawa to adopt a tough-love attitude toward Quebec."

C'est vraiment vraiment tough d'être plus condescandant que ça. Le National Post c'est de la merde, ça va rester de la merde et tu défends l'indéfendable en continuant de dire des niaiseries comme: "Parce qu'on a appris à détester les anglophones, on a appris à tout détester d'eux et donc on souhaite faire une nouvelle écriture de l'histoire.".

Wow belle généralisation. Laisse faire les falardeaux et autres figures médiatiques épaisses, ya personne qui croit qu'être rester une colonie française aurait été une bonne chose.
Pour ce qui est de la reconstitution de la bataille:

1) Reconstituer des batailles est pas mal douteux comme activité en partant...j'ai bien hâte qu'on fasse la reconstitution des batailles de la 2eme guerre...woop di dou!!

2)Je vois vraiment pas en quoi reconstituer une bataille de deux puissances coloniales sur notre territoire devrait être financer par le gouvernment. Si ya des bozos qui veulent s'amuser à faire "pow té mort", ben qu'ils demandent la permission pis on verra après.

3)Et tu peux quand même pas dire que la bataille des Plaines d'Abraham n'est ps un symbole. Même si cette bataille n'aurait rien changé au fait qu'on soit devenu une colonie anglaise, la bataille va toujours rester symbolique. Et après le scandale des commandites, ne pas comprendre que les gens ont la fibre nationaliste un peu sensible lorsque des trucs comme ça viennent d'Ottawa...ben c'est pas fort fort.

Faque svp lâche le National Post, même les anglais trouvaient complètement débile de faire une commémoration des Plaines d'Abraham. Là il y a un intérêt pour la simple raison que le Québec "a eu ce qu'il voulait". Faque les Jeffrey Simpson du Globe, pis les autres twits du National Post je les emmerdes!

steve81 a dit…
25 février 2009 à 11:15  

Le bicentenaire de la Déportation des Acadiens, 1955

Il y a eu de nombreuses festivités pendant le bicentenaire de la Déportation des Acadiens. Les rassemblements et les défilés plaçaient Évangéline et Gabriel au premier plan. Les gens portaient des costumes représentant ces deux personnages, affichant ainsi leur identité acadienne. En Acadie, on commémore le bicentenaire avec des manifestations telles que des messes solennelles, des défilés, des levées de drapeaux, des banquets, des spectacles historiques, des pièces de théâtre et des concerts folkloriques. En Louisiane, on marque l'événement avec une reconstitution de l'arrivée d'Évangéline à St. Martinville, un grand festival folklorique, des spectacles historiques et des concerts. C'est le comité ABC (Acadian Bicentennial Celebration), sous la présidence de Thomas J. Arceneaux, qui organise les fêtes. En tant que représentante officielle, Mademoiselle Emelie Breaux, incarne Évangéline et assiste à de nombreuses cérémonies en Louisiane et en Nouvelle-écosse.

http://www0.umoncton.ca/maum/volet3.html

Bryan Breguet a dit…
25 février 2009 à 14:05  

Je suis en profond désaccord avec Louis. Non seulement je trouve que l'article du national Post est pas si pire. Je peux tout a fait comprendre les "anglais" d'en avoir marre de comment le fédéral cède toujours devant les petits québécois. Et je ne trouve pas cette phrase si condescendante.

De plus, pour la bataille, les states font des reconstitutions de la guerre de sécession, pourtant 50% du pays l'a perdu cette bataille... Et il me semble que l'on fait justement des reconstitutions de la 2e guerre mondiale et les allemands ne crient pas aux scandales. Faut dire que les allemands ne sont pas aussi susceptibles que certains Québecois.

C'est tjrs la meme chose avec le Quebec la, si CBC diffuse un humoriste américain avec une marionnette qui se moque des quebecois, c'est un scandale et Duceppes exige une motion d'excuse du Parlement. Mais si radio-can diffuse dans son Bye-Bye des attaques incroyables envers les anglais cosanguins, là c'est normal, c'est de la culture...

Quant au dernier point, come on Louis! Le scandale des commandites! Quand le mouvement souverainiste fait du braiwashing des petits québécois pour les faire aimer le Québec et le fleur de lysé, là c'est correct, mais si Ottawa essait de faire en sorte qu'il existe au moins une petite fierté canadienne au Québec... Là c'est un scandale...

Rita Petit a dit…
25 février 2009 à 17:01  

Vous devriez lire Michel David de temps en temps. Cette lecture serait d'un grand secours. Vous véhiculez des préjugés surannés sur les souverainistes. Probablement engendré par votre ignorance ou votre aveuglement idéologique. Ce n'est pas une bonne idée de rivaliser avec Pierre Morin dans l'art de la mauvaise foi intellectuelle.

Bryan Breguet a dit…
26 février 2009 à 02:27  

Michel David du Devoir? En quoi cela m'aiderait? Je ne trouve pas ses éditoriaux très pertinents la plupart du temps.

Rita Petit a dit…
26 février 2009 à 16:40  

... Dans le passé, il a pu abandonner le projet du Suroît, renoncer à subventionner les écoles privées juives ou à vendre le mont Orford, mais il ne pourra pas fermer la Caisse.

C'est pas pertinent ? Ah oui j'oubliais, vous seriez membre de l'internationale capitaliste si elle existait.

Vous êtes aussi croyant que les marxistes le sont. Pathétique.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites