Au sujet de la Caisse

mercredi 25 février 2009 ·

Bryan et moi nous sommes faites des amis avec notre article sur Cyberpresse.ca dans lequel nous demandons l'abolition de la Caisse de Dépôt. En fait, nous craignons surtout une politicisation des retraites, chose sur laquelle nous n'avons pas élaboré en grands détails.

Hier je discutais avec mon professeur qui supervise mon séminaire de recherche, François Vaillancourt, pour lui indiquer que Bryan et moi allions publier ce texte (Bryan est aussi un ancien étudiant de Mr.Vaillancourt). Sa réponse fut simple, probablement sarcastique et fort importante en implications ; il ne sera plus possible de cibler des investissements au Québec.

C'est justement ce que nous ne voulons pas. En fait, pas prioritairement et préférablement au Québec. Une des missions de la Caisse était d'assurer le développement économique du Québec. Maintenant, c'est de maximiser le rendement pour les retraites et ca doit rester ainsi. Revenir en arrière pourrait être désastreux à mon avis.

Les exemples de Steinberg est explicite. Les épiceries Steinberg avaient été acquises par la CDPQ pour aider son développement et a finalement foutu un ingénieur en charge de l'entreprise qui a accepté des hausses de salaire aberrantes(des caissières à plus de 15$heure dans les années 1980). Finalement, Steinberg a du fermer ses portes et les pertes (même sur le parc immobilier) étaient gigantesques. L'ancien ministre péquiste Daniel Paillé avait justifié cette intervention par la suite en disant que sans l'intervention de la CDPQ, le marché des épiceries au Québec aurait été dominé par des étrangers...

C'était un flop monumental qui a coûté cher. C'est aussi une forme de corporatisme dangereux dans lequel on aide des entreprises en particulier, taxant ainsi implicitemment des investisseurs étrangers qui auraient peut-être pu fournir le même service aux Québécois à moindre coût (et n'allez pas me dire que les épiceries seraient un marché possible monopolisé par une entreprise américaine).

Nous ne voulons juste pas que de telles ''niaiseries'' se fassent sur le dos des retraités qui devraient s'attendre à ce que la seule mission de la Caisse (ou d'un fonds indiciel) soit de maximiser le rendement! C'est la seule et unique mission qui devrait être adoptée...

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites