Sondages de l'ADQ: reality check

jeudi 13 novembre 2008 ·

Lors d'une entrevue à radio-canada, Sébastien Proulx de l'ADQ a déclaré qu'il ne se souciait pas des sondages et qu'en 2007, ces mêmes sondages plaçaient l'ADQ bien moins haut que le jour du vote. Est-ce vrai? Sur Nodice.ca, nous avons les anciens sondages compilés (faites cependant attention, certains sondages avaient de très petits échantillons, par exemple juste après le débat des chefs).

Les derniers sondages plaçaient tous l'ADQ aux alentours de 25-26%, et pas de 30% (résultats officiels). Donc l'ADQ a raison de ne pas s'inquiéter des sondages. La prime à l'urne avait été pour l'ADQ cette foic-ci. Selon moi, la raison principale de cette hausse subite revient au début de la controverse sur le vote des femmes voilées. Souvenez-vous, la controverse avait débuté à 3-4 jours du vote et même si sur ce coup, le leader qui avait dénoncé en premier cette pratique n'était pas Dumont mais bien Boisclair, je pense que "le mal" était fait et que ça a rappelé à tout le monde les accommodements raisonnables, etc à 3 jours du vote.

Quoiqu'il en soit, l'ADQ a raison de ne pas s'en faire. Si la prime à l'urne leur revient à nouveau, l'ADQ peut facilement atteindre les... 18%... ouain. En prenant le dernier sondage Légermarketing et en ajoutant 5 points à l'ADQ, ce parti peut rêver à une importante délégation de 9 députés.

Remarquez, j'aimerais que l'ADQ conserve au moins 10 députés pour assurer un autre gouvernement majoritaire.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites