Nouveau copyright

jeudi 27 novembre 2008 ·

J'ai déjà breveté l'expression "mentalité timbit", alors je dépose maintenant un nouveau terme, avec la possibilité lundi de voir le gouvernement Harper tomber: "un parlement à la canadienne". L'expression "gouvernement à l'italienne" existe déjà pour illustrer l'instabilité des parlements élus avec un scrutin proportionnel, nous pourrons maintenant parler de gouvernement ou parlement à la canadienne pour illustrer les parlements instables avec un mode de scrutin majoritaire!

En passant, si Harper tient tellement à être défait lundi, en plus de l'abolition du financement public, des compressions de dépenses ou du suspension du droit de grève, je suggère à Harper d'ajouter d'autres mesures, telles que l'envoie de troupes en Irak, interdire l'avortement ou re-bânir les mariages gay.

J'ai très hâte de voir comment va se résoudre cette crise en tous les cas.

5 commentaires:

Patrick Lemieux a dit…
28 novembre 2008 à 08:15  

Je doute que les partis d'opposition veuillent retourner en élection sur l'énoncé économique. La situation politique et économique est suffisamment instable comme cela, inutile de dépenser 300 millions pour en rajouter!

Par contre, l'idée d'une coalition PLC-NPD avec l'appui ponctuel du Bloc, même si elle me semble intéressante, m'apparaît tout autant surréaliste, si on regarde l'histoire politique du Canada, où le parti gouvernemental a l'habitude de préférer gouverner seul, même minoritaire.

Donc, à moins d'un revirement spectaculaire, je ne serais pas surpris que les partis votent contre l'énoncé économique tout en s'arrangeant pour qu'il n'y ait pas trop de députés pour battre le gouvernement. Autrement dit, Harper tient vraiment les autres partis par les c...

@xe a dit…
28 novembre 2008 à 09:34  

Exactement, surtout que je peux comprendre la position du Bloc et du NPD mais les libéraux feront pas brailler personne, ils dominaient le financement privé avant le scandale des commandites.

Patrick Lemieux a dit…
28 novembre 2008 à 12:56  

Bryan, tu dois être excité, toi qui aime les gouvernements de coalition, car la probabilité que nous en ayons un (un phénomène rare dans l'histoire du Canada) semble de moins en moins loufoque: http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/200811/28/01-805409-le-plc-presentera-une-motion-sur-un-gouvernement-de-coalition.php

Et en plus, il serait dirigé par Dion (ton idole!), du moins jusqu'en mai prochain. Celui-ci doit se pincer pour s'assurer qu'il ne rêve pas!

@xe a dit…
28 novembre 2008 à 13:09  

1. Harper peut enlever la journée de l'opposition et retarder ce cirque.

2. Si cela a vraiment lieu, j'espère qu'ils mettront Ignatieff comme pm et non un politicien fini. De plus, je doute que le bloc et npd peuvent êtres satisfaits durant 6 mois ou plus. Le fait d'avoir un tiers de ministres du NPD n'est pas une bonne nouvelle, surtout s'ils ont un portefeuille économique.

Bryan Breguet a dit…
28 novembre 2008 à 14:05  

Patrick, Dion n'est pas mon "idole" lol J'aime juste bcp ce politicien, en particulier car c'est l'un des rares fédéralistes qui ne se met pas à genoux devant les souverainistes.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites