The National Post attaque [MAJ Bryan]

lundi 10 novembre 2008 ·

Mon journal (j'écris toujours pour eux en fonction de mes caprices et désirs), The National Post a décidé de sortir en grand cette fin de semaine. Comme vous le savez, l'Ontario est maintenant sous le programme de péréquation à des transferts de la part du gouvernement fédéral. En réaction, The Post en profite pour réclamer l'abolition de la péréquation.

Je sais que Bryan est en désaccord avec l'idée, mais je n'y vois aucun inconvénient néanmoins. Toutefois, The Post souléve un point qui mérite notre attention et qui fera probablement suer mes collégues souverainistes :

As on so many issues, Quebec is the fly in the ointment. Ontario qualifies because the equalization formulas are jury-rigged to ensure the Quebec always qualifies. From the start, Quebec has nearly always been the richest have-not. Its per capita GDP has always been around 90% of the national average, which should always have meant it qualified for little or nothing. But as successive federal governments — Conservative, as well as Liberal — have attempted to cozy up to Quebec to win votes, they have also fiddled with the equalization calculations to ensure Quebec receives $1,000 or more per year per man, woman and child.
Les souverainistes et nationalistes accusent souvent le gouvernement fédéral d'empiéter dans les juridictions provinciales, mais ils oublient aussi que le fédéral a souvent fait des contorsions ridicules pour plaire au Québec. Pensons juste au "fédéralisme asymétrique"(quel concept farfelu) de Benoît Pelletier qui a permis au provincial d'obtenir des milliards additionnels pour ses dépenses en santé (au lieu de s'attaquer à la nécessité d'additionner la contribution du privé en santé). Pensons aussi au transfert massif de Stephen Harper au Québec qui a permis à Jean Charest de baisser les impôts au lieu de les dépenser pour ses programmes sociaux. En fait, les transferts du fédéral ainsi que la péréquation permettent au Québec de se payer des luxes qu'il ne peut pas se permettre.

The Post fait bien de s'attaquer à cette question et de soulever cette critique! Maintenant vous pouvez me traiter de sale fédéraliste (je suis un fédéraliste avoué aprés tout).

[MAJ Bryan]:

Premièrement oui je m'oppose à l'abolition pure et simple de ce programme. Il s'agît d'une redistribution de la richesse et même un droitiste comme moi ne peut s'opposer tout le temps à cela.

Deuxièmement, comme je l'ai par ex étudié lors de mon rapport de maitrise, la péréquation peut être perçue comme un remboursement que font les provinces riches (traditionnellement Alberta et Ontario) qui reçoivent un afflux d'immigrants internes et ne paient pas pour la formation de cette main d'oeuvre.

Finalement, je remets sérieusement en doute les chiffres du National Post. Je doute vraiment que la formule de péréquation soit "modifiée" politiquement pour donner du cash au Québec. Après tout, par habitant, le Québec n'est pas et n'a jamais été je crois la province qui recevait le plus. Quant au fameux 1000$ par homme, femme et enfants, ceci est juste faux. Regardons simplement les payements en 2005 (avant qu'ils ne se remettent à augmenter jusqu'au 8mia d'aujourd'hui). Pour cette année le Québec n'avait reçu "que" 632$ par habitant. Si on remonte à 2003, c'est encore moins.

Droits de péréquation- 2005-2006
Province
Total
(millions $)
$ par habitant
Terre-Neuve-et-Labrador
861
1668
Île-du-Prince-Édouard
277
1996
Nouvelle-Écosse
1344
1432
Nouveau-Brunswick
1348
1793
Manitoba
1601
1359
Québec
4798
632
Saskatchewan
82
83
Colombie-Britannique
590
139
TOTAL
10 900

Source : ministère fédéral des Finances

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites