De quoi et qui a peur Charest?

lundi 10 novembre 2008 ·

1) Pourquoi Jean Charest tient-il tant à conserver l'ancienne formule des débats alors que la formule adoptée lors de la dernière élection fédérale était si intéressant (ben selon moi)? En quoi cette formule désavantage-t-elle Charest?

2) Est-ce moi ou Charest semble concentrer ses attaques principalement vers l'ADQ? Ont-ils des sondages internes (vu que eux doivent avoir des sondages...) qui montrent une chute péquiste ou une remontée adéquiste? Ou alors c'est juste pour tenter de limiter l'ADQ à 5 députés, ce qui ouvre la porte à une majorité libérale?

6 commentaires:

Patrick Lemieux a dit…
10 novembre 2008 à 06:56  

Je suppose que Charest est meilleur dans les échanges à deux, car il peut concentrer ses tirs vers un seul ennemi, et il veut sans doute profiter de ce contexte pour mettre Dumont K.O.

La formule utilisée pour les fédérales cet automne était intéressante en matière de contenu, mais pour les échanges, je n'ai pas trouvé cela si fabuleux. La formule où les chefs sont debout et s'affrontent directement un contre un sur des thèmes précis me semblait plus excitante en terme de joute oratoire.

Jean-Paul a dit…
10 novembre 2008 à 07:02  

À mon avis, c'est simple: lors du débat fédéral, tout le monde pouvait en tout temps attaquer les Conservateurs. On a vu tous les partis se liguer contre Harper.

Dans un débat à un contre un, premièrement, le poids du nombre disparaît et deuxièmement, lorsque ce sera le tour de Dumont contre Marois, Charest aura un "break".

En plus, je crois qu'effectivement, Charest est meilleur à un contre un. Alors si j'étais stratège du PLQ...

M-A Gosselin a dit…
10 novembre 2008 à 11:19  

1- d'une part, il ne veux pas être au centre des tirs croisés entre le PQ et l'ADQ.

2- Le PLQ attaque l'ADQ principalement parce que l'embellie dans les sondages pour le PLQ a résulté d'un transfert d'appui francophone de l'ADQ vers le PLQ. Il essaie de maintenir cela afin de ne pas se faire battre par le PQ. Alors pour les libéraux, ne pas se faire battre par le PQ = faire en sorte que l'ADQ obtient moins de 15%.

Si l'ADQ va grapouiller quelques points francophones ici et là pour atteindre le 20%... ça laisse le PLQ et le PQ à égalité à 34-35%...sauf que le PQ aurait une bonne avance dans les votes franco.

Enfin, c'est ma façon de voir les choses!

Alex F. a dit…
10 novembre 2008 à 12:44  

Sincèrement, je pense que des 3 partis, en ce moment, c'est l'ADQ qui a la meilleure campagne. Voilà donc la logique : attaquons les meilleurs!

D'ailleurs, j'aimerais vous entendre, Bryan et Gelo, sur ce début de campagne. Mon opinion étant partisane, elle ne vaut pas grand chose, mais il me semble que, très sincèrement, nous avons la meilleure campagne des 3 partis à venir jusqu'à maintenant...

Qu'en pensez-vous? Vous devriez faire des évaluations hebdomadaires des partis... Ce serait intéressant!

Bryan Breguet a dit…
10 novembre 2008 à 13:50  

MA Gosselin, bonne analyse! et en effet, je suis d'accord avec toi, les chances du PQ de former le gouvernement ne sont pas si minces (quand j'entends que le suel enjeu est de savoir si charest sera mino ou majo, je n'en reviens pas). Le PLQ a besoin d'environ 4-5 points d'avance pour avoir le pouvoir en regle generale.

M-A gosselin a dit…
10 novembre 2008 à 16:34  

Merci Bryant.

J'ajouterais un point 3 qui vient de me "sauter dans la face" en lisant un article sur la stratégie du PQ

3- Le silence le plus absolu du Parti Québécois vis à vis l'ADQ. Personne ne prononce le nom de Mario Dumont et personne ne prononce le sigle ADQ.

Je crois que l'on peut très bien relier cette réalité que l'ADQ ne doit pas s'effondrer afin de ne pas opérer un transfert de vote majoritairement "positif" vers le PLQ. Le PQ serait très étrange d'attaquez l'ADQ afin de le rendre plus moribond...et ainsi aider les libéraux!

Alef F, en tout respect, vous me permetteriez de sourire en lisant votre analyse. Je crois que votre propension à voir une stratégie de "on attaque le meilleur" est un peu symptomatique de la pensée magique. Comment peux-on "faire une bonne campagne" alors que la seule chose que l'on voit actuellement à l'ADQ, c'est Mario qui doit faire le guignol pour se débarasser des défections et des commentaires défaitistes de ses militants les plus influents.

Ne rêvons pas en couleur mon chef Alex. Si le scrutin avait lieu aujourd'hui, l'ADQ n'obtiendrait probablement même pas le score nécéssaire pour être reconnu par l'Assemblée Nationale.


Cela dit, nous en sommes encore au début d'une campagne. J'ai bien hâte de voir la changement de stratégie des partis en fonction du prochain sondage.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites