CPE: question

jeudi 13 novembre 2008 ·

Comment se fait-il qu'aucun parti, pas même Québec Solidaire à ce que je sache, (j'ai vérifié leurs engagements 2008) ne propose de tarifer les CPE en fonction du revenu des parents? Après tout, on pourrait débattre sur le bien fondé de permettre à un couple fortuné de profiter de ce même service qu'une famille très pauvre. Je ne dis pas que cest ce que je ferais, néanmoins je suis juste surpris de constater que personne ne propose cela. Une explication?

4 commentaires:

Anonyme a dit…
13 novembre 2008 à 18:17  

Pour la simple raison que, comme tout service "universel", la facture est payée par les impôts. Comme les familles plus fortunées paient plus d'impôt, il serait illogique de demander à ces parents de côtiser encore une fois davantage pour un service déjà payé. Fiscalité 101 d'une sociale-démocratie. C'est un petit peu plus compliqué à comprendre que l'utilisateur-payeur, mais à peine.

Un jour, lorsque vous "slackerez" un peu sur vos principes d'économie de droite, ça va soudainement vous paraître limpide et tellement plus juste. En attendant, lâchez pas l'école.

Bryan Breguet a dit…
13 novembre 2008 à 18:40  

1) je n'ai aps dit que je trouvais cela préférable! Alors tu pourrais "slacker" dans tes commentaires idiots.

2) l'argument que c'est payé par les impôts ne tient pas. Si tel est le cas, pourquoi encore faire payer 7$ Si les impôts sont différenciés en fonction de ton revenu, on pourrait fort bien différencier les tarifs de CPE. Une personne qui gagne 25,000$ par années paient deja plus d'impot qu'une personne ne gagnant que 14000, pourtant, on va lui charger plus cher pour ses primes d'assurance médicament.

3) il est intéressant de se faire traiter de droitiste pur et dur quand je parlais de faire payer davantage les riches...

Jean-Paul a dit…
14 novembre 2008 à 07:44  

Je crois que personne n'aborde ce sujet parce que ça fait l'affaire de tout le monde.

Le monde aime l'idée des programmes universels et n'aime pas la discrimination. C'est vendeur. Or, un politicien, c'est quelqu'un qui doit se vendre.

D'autre part, les garderies subventionnées, c'est une façon de subventionner les riches. Si tu es pauvre (revenu familial inférieur à 50 000 $) tu as avantage à ne pas utiliser les services de garde subventionnés.

Source:
http://www.er.uqam.ca/nobel/r14154/Doc_PDF/FGE2008/08-Qc-FGE-txt.pdf

confirmé par Revenu Québec:
http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/budget/2008-2009/fr/calcul_fr.asp

Si tout le monde était au courant, les CPE ne recueilleraient que des gosses de riches et les garderies privées non subventionnées seraient des ghettos de pauvres.

Bon, j'exagère un peu, j'avoue. Mais la ségrégation par la richesse devrait quand même s'observer.

Anonyme a dit…
14 novembre 2008 à 09:56  

Pourquoi le 7$? Bon puisqu'il faut entrer dans les détails. C'est simplement pour faire une petite différence entre le parent qui garde son ou ses enfants à la maison, comme moi, et ceux qui les envoient au CPE.

Mais, les familles dont un des parents décident de rester à la maison, ne sont pas des oubliés du système car, le revenu étant moindre et le crédit d'impôt pour personne à charge étant important, ils ne sont pas si perdants. C'est un choix, qui au bout du compte, dans certains cas, est très équivalent à être 2 parents au travail.

On peut aussi voir le 7$ comme un frais d'inscription comme pour le CEGEP ou l'université. C'est presque gratuit, mais pour faire taire les adeptes du ticket modérateur, c'est parfait.

Et 35$ par semaine pour faire garder un enfant, personne, même les petits budgets, peut trouver ça injuste. C'était même 25$ au début.. faut pas l'oublier.

Et si personne n'aborde le sujet, c'est peut-être que, pour une fois, le service rendu par l'État fait l'affaire et que la population apprécie grandement la mission et l'utilité des CPE? Faut peut-être être parent pour comprendre ça, mais comme nous sommes nombreux...

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites