20 sièges d'avance pour le PLQ

mardi 18 novembre 2008 ·

Suite au denrier sondage LégerMarketing, nous voyons que l'avance du PLQ reste très conséquente, malgré une légère domination péquiste chez les francophones. Avec 20 sièges d'avance, Pauline Marois ne peut plus espérer qu'une seule chose: empêcher Charest d'être majoritaire. La tendance est trop lourde pour que le PQ réussisse à l'inverser et prenne le pouvoir.

Seule consolation pour le PQ: malgré la nette avance libérale, il y a encore 24 luttes serrées. (dont 20 luttes PLQ-PQ). Le modèle en accorde actuellement 12 au PLQ (la moitié des 24 luttes dans lesquelles le PLQ est engagées). Mais même là, pour simplement empêcher Charest d'être majoritaire, cela requiert du PQ un fort taux de succès dans ces luttes serrées, ce qui est hautement improbablement, surtout lorsque l'on découvre, dans le nouveau sondage, qu'une forte proportion d'électeurs envisagent de ne pas voter (37% - et rappelez-vous, habituellement le taux de participation est surestimée en posant ce genre de question....). De plus, alors qu'avec les précédentes projections, le modèle attribuait "trop" de victoires au PQ, c'ets maintenant l'inverse qui arrive, tellement l'avance libérale est grande. Ainsi, les projections bruttes donneraient 73/44/8, mais dans ce cas, le PQ ne remporterait qu'un faible 25% de ses luttes.

Vous pouvez comme d'habitude consulter les projections détaillées en cliquant sur l'image.

10 commentaires:

Anonyme a dit…
19 novembre 2008 à 03:51  

J'entendais hier, chez Christiane Charette, (je crois que c'était Jean-Marc Léger), dire que si le PQ obtenait 30% ou moins du vote, le soir de l'élection, ce serait la fin de cette formation politique, à moyen terme, même si elle formait l'opposition officielle. Il ajoutait qu'il n'y avait plus personne (de valable) pour succéder à Pauline Marois.

Bryan Breguet a dit…
19 novembre 2008 à 07:23  

Perso je ne pense pas que le PQ ne disparaitra jamais tant que la souveraineté ne sera pas faite. Surtout qu'en l'occurrence, avec l'ADQ si bas, il n'y a aucun parti pour prendre la place du PQ. Néanmoins, c'est clair, si Marois ne fait pas mieux que Boisclair, cela sera terrible pour cette formation, cela voudra dire que le vote moyen du PQ est maintenant sous les 30%, une nette tendance à la baisse depuis 1994. Cependant, je pense que Marois conservera son poste, malgré qu'elle s'avère être une cheffe et campagneuse pire que Stéphane Dion.

@xe a dit…
19 novembre 2008 à 07:41  

je n'aime pas les idées de Marois ni son style et elle n'est pas particulièrement vigoureuse en campagne mais j'aimerais des exemples car je ne vois pas pourquoi tu dis qu'elle est pire campagneuse que Dion.

Dion c'est un cas rare de manque de personalité, il a pris un parti qui aurait pu bien faire et même p-ê gagner avec le bon candidat (Ignatieff)et l'a rendu presque marginal.

Marois, est chef alors que le PQ est dans une chute de tendance lourde. Elle n'a pas fait d'erreurs durant cette campagne, la santé allait lui revenir au nez c'est sûr et elle propose des conneries mais ça c'est le pq. Je trouve au contraire qu'elle apporte une stabilité qui manquait à Boisclair qui était toujours au milieu de "scandales".

Étant donné que tu t'intéresse à la méthodologie des sondages, je me demandais pourquoi il y a que 10% d'anglophones au Québec (jke crois), que le PQ mène chez les francos et que le plq a 11 points d'avance. Est-ce que chez les allophones sont pas divisés en francos et anglos (car ils parlent la plupart une de ces 2 langues)?

Bryan Breguet a dit…
19 novembre 2008 à 08:00  

1) il n'y a pas 10% d'anglo, je pense que le pourcentage est plus proche de 15-17%. Et un allophone est au contraire une personne qui ne parle ni l'anglais, ni le français. Ces personnes votent en general liberal je dirais, mais je pense que la plupart ne votent juste pas.

2) Dion avait au moins le mérite de proposer un débat d'idées. Il le faisait mal, manquait de charisme, n'etais pas fait pour etre chef et n'avait aucun soutient de son parti. Marois quant à elle, ne fait simplement pas campagne. On dirait que le PQ a décidé que simplement redevenir l'opposition officielle était suffisante. Tout d'abord, le PQ n'était clairement pas prêt à faire campagne et je trouve cela inacceptable, il y avait un gouvernement minoritaire, tu te dois d'etre pret en tout temps. Ensuite, Marois ne fait aucune, mais absolument aucune bonne annonce. A chaque fois, soit l'annonce reprend ce que le gouvernement fait deja, soit c'est novateur mais bcp trop cher ou infaisable (genre un médecin pour tout le temps). En plus que le PQ ne produit meme pas de cadre financer.
Marois semble difficilement faire mieux que Boisclair alors que ce dernier ne plaisait clairement pas à une bonne partie de l'électorat (tout comme Dion). Alors de voir Marois être incapable de simplement menacer le PLQ, alors que cette fois ci il n'y a pas l'ADQ en trouble-fete, je trouve cela incroyable. En plus, Marois passera ainsi à l'histoire comme étant la cheffe du PQ qui aura permi au PLQ de gagner un 3e mandat consécutif, une première il me semble, dans l'histoire moderne du Québec.

Voila, en conclusion, la seule explication que je vois à la campagne médiocre du PQ est que cette formation a décidé que redevenir l'opposition officielle était suffisante. Ce qui est déplorable, comment le PQ peut il justifier que sa piètre performance (avec celle de l'ADQ) va permettre à Charest de reprendre une majorité, alors qu'il y a à peine 1 an, tous les québécois voulaient se débarrasser de ce chef.

Bryan Breguet a dit…
19 novembre 2008 à 08:03  

En plus, où est le renouveau du programme péquiste promi par Marois (ou devrais-je dire imposé) lorsque'elle a prit la tête de ce parti? Je trouve au contraire que la campagne du PQ et son programme sont encore plus à gauche que celui de Boisclair. Boisclair est passé très proche de prendre le pouvoir, n'eu été une poussée adéquiste de dernière minute, je pense que Boisclair aurait gagné. Marois ne peut pas en dire autant. Mais bon, il lui reste du temps, l'électorat québécois change si rapidement, rien n'est perdu, mais il faut qu'elle commence à faire campagne.

Bryan Breguet a dit…
19 novembre 2008 à 08:06  

Ah oui, également Axel, Dion a au moins l'excuse d'avoir perdu car il a proposé un programme novateur et qu'il a été la cible d'attaques sournoises pendant près de 1 an. Marois ne peut même pas utiliser une telle excuse, elle se met elle meme dans le trouble lorsqu'elle est incapable de répondre à une petite attaque facile de Charest sur ses décisions prises il a plus de 10 ans!

@xe a dit…
19 novembre 2008 à 08:10  

1) Ok, je croyais qu'allophone c'est que sa langue 1ère n'était ni l'anglais ni le français mais qu'il pouvait parler une de ces langues.

2) Je crois aps que cette élection, va passer à l'histoire, tout le monde propose la même chose ou presque. Ça dépend de ce que tu entend par moderne, Maurice Duplessis c'est pas si vieux que ça et il avait été élu 5 fois donc 4 consécutives (1936, 1944, 1948, 1952, 1956).

@xe a dit…
19 novembre 2008 à 08:24  

Je suis le seul qui est écoeuré de la formule suivante?

On fait une annonce étatiste poche et décousue du reste du programme qui semble gribouillée la soirée d'avant par des conseillers en manque de sommeil et pour frapper l'imaginaire, si notre annonce a rapport aux bols de toilette, on va faire ça en grand devant un marchand de bols.

Si je me souviens bien, c'est Harper en 2006 et Dumont en 2007 qui ont popularisé ce style de 1 annonce poche par jour devant un édifice.

Vraiment une insulte à l'intelligence.

Bryan Breguet a dit…
19 novembre 2008 à 08:39  

et alors que Dumont l'avait reprise en 07, cette fois-ci, c'est le PLQ qui fait de telles annonces, dans un beau décorum à chaque fois (devant des fruits et légumes; devant un magasin de disques, etc). Je regrette que ce genre d.annonces fonctionnent mieux que la présentation de plans complexes, néanmoins, rien n'empecherait de préparer de vrais plans mais de les présenter par annonce. Cela eviterait qu'un green shift soit percu comme incroyablement complexe.

Christian Doyon a dit…
19 novembre 2008 à 09:29  

Qui conseille Mario Dumont pour mener une campagne aussi minable ?

Y en rajoute encore sur l'émission tout le monde en parle..mais quel perte de temps..a 15 % dans les sondages occupe toi a essayer de redresser le bateau qui en train de couler au lieu de commenter et en rajouter en plus sur une émission de télé..A ce que je sache Tout le monde en parle n'est pas un enjeu électoral..

Comment voulez-vous ne pas etre désabuser face a l'ADQ quand on lis des choses comme ca...

Jean Charest doit tellement rire dans sa barbe en ce moment..L'ADQ n'aura que ce qu'elle mérite le 8 Décembre et j'espere qu'elle sauras faire l'examen de conscience qui s'impose..

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites