Une fausse affirmation

dimanche 16 janvier 2011 ·

Dans un récent article dans un recueuil de textes sur le régime de Duplessis, l'historienne Suzanne Clavette affirme qu'on ne peut pas "rosir" le bilan de Duplessis quant aux lois du travail. Par la suite, elle déclare qu'il a mis des "lois anti-ouvrières" inspiré de son "anti-syndicalisme".

Je vous admet avoir de la difficulté à faire une équation entre "anti-syndicalisme" et "anti-travailleur". Certes, un syndicat peut permettre d'accroître le pouvoir de négociation de certains travailleurs, mais le syndicalisme n'est pas nécessairement un synonyme de "pro-travailleur".

Après tout, un syndicat veut maximiser uniquement les gains pour ses membres - souvent sans égard à la profitabilité à long terme de la firme. Un syndicat c'est un cartel qui cherche à maximiser son pouvoir pour ses membres. L'exemple de l'atelier fermé (une forme de syndicalisme dans lequel on ne peut être embaucher que si on devient membre du syndicat préalablement) est une bonne illustration de comment un syndicat, comme un monopole, cherche à protéger son intérêt aux dépens des autres.

Ceci n'est pas un réquisitoire contre la syndicalisation, il s'agit d'un outil utile pour des employés dans certains contextes (exemple: employés sur chaîne de montage). Néanmoins, être "anti-syndicalisme" comme l'était Duplessis ne signifie pas "anti-travailleur". Voici quelques faits sur la syndicalisation dans le temps de Duplessis.

  1. La main d'oeuvre syndiquée augmente de 68 % entre 1947 et 1960 contre 24 % pour l'emploi total. Une progression importante considérant que Duplessis refuse - en se basant sur des arguments du feu président démocrate Franklin Delano Roosevelt - la syndicalisation du secteur public (qui se produira sous Jean Lesage).
  2. Duplessis met en place la Commision des Relations de Travail qui effectue des arbitrages dans les conflits de travail
  3. Duplessis est celui qui instaure un salaire minimum lors de son premier gouvernement
  4. Duplessis crée la Clinique de Réhabilitation de Montréal pour les travailleurs blessés dans le but de permettre leur réinsertion sur le marché

Il est difficile d'accuser Maurice Duplessis d'être "anti-syndicalisme" puisqu'il ne fait rien pour empêcher le progrès du syndicalisme dans le secteur privé. En fait, il reconnaît dans plusieurs discours une admiration pour Samuel Gompers, le président du principal syndicat américain (American Federation of Labour). Il est certes hostile au syndicalisme communiste et il tente de l'enrayer avec des lois sévères. Mais dans ce cas, il faut plutôt parler d'anti-communisme.

En gros, je pense qu'il est peut-être temps pour les historiens de cesser de faire une équation entre "anti syndicalisme" et "anti travailleurs" puisque ca ne tient pas la route.

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites