MacLean's n'invente pas!

samedi 25 septembre 2010 ·

Je sais que ca fera probablement pas plaisir à plusieurs individus, mais il faut cesser de penser que MacLean's vient d'inventer quelque chose de révolutionnaire en déclarant que la taille de l'État a un lien avec la corruption. Ca a déjà été dit parmi les universitaires. Certains disent que la liberté économique (taille de l'État) tel que calculé par le Fraser Institute ou le Heritage Foundation est un bon indice de la corruption. Plus un pays est libre économiquement, moins il est corrompu.

Un argument plus raffiné veut que dans une fédération décentralisée dans laquelle les pouvoirs sont divisés pour permettre une compétition en politiques publiques entre les différents districts, la corruption est moins prévalente. Ou même d'autres qui disent que c'est quand il y a des nombreux programmes présents pour des groupes d'intérêts organisés que les dépenses dans des ministères comme l'éducation sont réduites. Personellement, j'adhère beaucoup plus à l'argument du fédéralisme, je le trouve plus exact que celui sur la liberté économique même si les deux idées ne sont pas nécessairement antagonistes.

Peu importe l'angle qu'on prend, parce que c'est débattu encore entre les économistes, on réalise néanmoins que la corruption est lié aux pouvoirs que l'État et l'ampleur demesuré que ceux-ci de redistribuer des revenus selon la puissance des groupes d'intérêts qui peuvent assurer la survie du gouvernement. C'est ca que le prix Nobel d'Économie, James Buchanan (1986) affirmait quand il parlait de politique sans romantisme!

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites