Abandon de la création d'emploi

mercredi 20 janvier 2010 ·

Jean Charest a annoncé que la création d'emploi serait maintenant quelque chose du passé. Considérant le choc démographique, le problème sera réglé puisqu'il sera facile de trouver des emplois.

Pour commencer, je suis étonné d'apprendre que le Québec favorisait avant la "création d'emplois". C'est assez paradoxal de taxer lourdement le revenu, les profits et le capital des entreprises(jusqu'à tout récemment),de nationaliser plusieurs secteurs et de réglementer massivement le marché du travail tout en espérant créer des emplois. En fait, les résultats parlent d'eux-mêmes.


Le Québec traîne toujours de quelques points sur ses homologues albertains et ontariens. Alors je suis étonné de savoir qu'on priorisait l'emploi avant. Mais c'est possible en théorie de créer des emplois sans que la productivité augmente beaucoup. Mais en fait, au Québec on remarque que la productivité traîne toujours de la patte comme le taux d'emploi et le taux de chômage et en fait que l'écart s'aggrandit un peu depuis 1981.
Selon moi, non seulement l'objectif de création d'emplois n'a jamais été atteint avec les politiques pratiquées, mais ce sont ces mêmes politiques qui nuisent à la productivité qui est maintenant, si on comprend bien, l'objectif avoué de Jean Charest. Peut-être que c'est le temps de revoir le modèle Québécois...

Latest projections

Latest projections
Click for detailed projections

Au sujet du blogue

Scientifiquement justes, politiquement incorrects
Une erreur est survenue dans ce gadget

Auteurs

Bryan Breguet est candidat au doctorat en sciences économiques à l’université de Colombie-Britannique. D’origine Suisse, il a passé les cinq dernières années au Québec au cours desquelles il s’est engagé en politique provinciale malgré le fait qu’il ne possédait pas encore la citoyenneté canadienne. Il détient un B.Sc en économie et politique ainsi qu’une maitrise en sciences économiques de l’université de Montréal. Récipiendaire de plusieurs prix d’excellences et bourses, il connaît bien les méthodes quantitatives et leurs applications à la politique.







Vincent Geloso holds a master’s degree in economic history from the London School of Economics, with a focus on business cycles, international development, labor markets in preindustrial Europe and the new institutional economics. His research work examined the economic history of the province of Quebec from 1920 to 1960. He holds a bachelor’s degree in economics and political science from the Université de Montréal. He has also studied in the United States at the Washington Centre for Academic Seminars and Internships. Mr. Geloso has been an intern for the Prime Minister’s cabinet in Ottawa and for the National Post. He has also been the recipient of a fellowship from the Institute for Humane Studies and an international mobility bursary from the Ministère des Relations internationales du Québec. Currently, he is an economist at the Montreal Economic Institute.

GB pour Geloso-Breguet's Fan Box

TopBlogues Add to Technorati Favorites